Plonger

plongerQuand César rencontre Paz, c’est le coup de foudre. Une histoire d’amour intense nait entre eux, mais les envies de liberté de la jeune femme seront fatales pour leur couple, et pour elle. Quand elle est retrouvée sans vie sur une plage d’Arabie, César doit entreprendre un nouveau voyage, le plus cruel et le plus insoutenable de tous.

« Plonger », c’est la déclaration d’amour d’un homme pour sa femme, celle d’un père pour son fils, mais c’est aussi la réflexion d’un auteur sur le monde contemporain avec ses fêlures et ses dangers, sur l’art et sa perception. C’est une œuvre intense, poignante, dans laquelle on plonge sans retenue, et qui livre au fil de l’eau ses mystères.

Suite à la disparition tragique de sa femme, César entreprend d’écrire leur histoire pour son fils. C’est donc le point de vue du narrateur que nous suivons. Un homme qui n’a pas encore 40 ans, mais qui semble si las… las du monde dans lequel il vit et qui l’effraie (ses voyages en Thaïlande suite au tsunami ou encore au Liban en attestent). Il se terre dans sa vieille Europe, qu’il sent pourtant décliner mais qui le rassure. Sa rencontre avec l’envoûtante Paz va le ramener à la vie. A travers les yeux de l’auteur, Paz danse devant nos yeux, lumineuse, vivante, entière. Cette histoire, c’est l’histoire de leur passion, intense, dévorante, destructrice : Paz a des envies de liberté que César ne veut lui offrir, l’enfermant même dans un rôle de mère qu’elle ne souhaitait pas.

C’est cette différence qui provoquera leur perte. C’est aussi ce destin tragique qui fera mûrir César et qui le sortira de sa zone de confort. Dès qu’il atterrit en Arabie, le roman prend une nouvelle couleur. César plonge littéralement dans le grand bleu pour mieux comprendre la passion qui lui a enlevé celle qu’il aime, autour d’un thème qui pourra en surprendre plus d’un.

Tout dans ce roman respire l’humanité, à commencer par les personnages, terriblement attachants. Toutes les émotions que l’on vit se font grâce à la plume limpide, forte de Christophe Ono-dit-Biot. On ressent une véritable honnêteté dans son écriture, il crée un lien avec son lecteur à qui il se confie sans retenue, où il avoue sa détresse, ses failles. Certains passages que l’on perçoit autobiographiques, donnent du relief au récit et nous font réfléchir à nos propres peurs, nos propres envies.

 « Plonger » est une œuvre envoûtante, intense, un véritable coup de cœur littéraire qui nous embarque dans une histoire d’amour et de quête d’identité. Une immersion totale au plus proche des personnages et au cœur des émotions.

« Plonger » de Christophe Ono-dit-Biot est disponible aux Editions Gallimard. Il a reçu le Grand Prix de l’Académie Française en novembre 2013.
448 pages. Août 2013.

Je l’inscris au Challenge « Nos Pépites de l’année 2013-2014 » de Galéa :)challenge-nos pépites de l'année

Publicités

16 réflexions sur “Plonger

  1. C’est un roman que j’ai beaucoup aimé moi aussi.C’est une belle histoire et le lien entre le père et le fils m’a touchée. Et le physique de l’auteur ne gâche rien, je l’admets. ;)

    • Oui, c’est vrai qu’il est très émouvant, je le conseille à tout le monde, et j’ai fait des adeptes aussi :) Et la photo de la couverture est un bel argument supplémentaire ;)

  2. Je suis complètement passé à côté, l’histoire ne semblait pas vouloir démarrer, et le propos m’a semblé sans grand intérêt … il a fini par me tomber des mains, il faudra peut-être que je le reprenne un jour alors !

  3. Pingback: Bibliomaniacs épisode 3 | Bibliomaniacs

  4. Tu l’avais inscrit au non challenge, et je découvre ça aujourd’hui ?!!!!! tu avais oublié de mettre ton lien ou c’est moins qui avais raté ton entrée. Alors je vais l’inscrire avec un très grand plaisir, surtout maintenant que je l’ai écouté, vu et même s’il n’est pas mon style d’homme (pardon), je pense que son roman pourrait néanmoins me plaire.

    • En fait, je crois que je te l’ai mis par mail, mais je ne sais plus si je t’avais mis le lien (moi et ma mémoire de poisson rouge).
      C’est pas grave si ce n’est pas ton style d’homme, on le garde rien que pour nous avec Valérie :)

  5. Pingback: Birmane | Le Coin des Livres

  6. Pingback: Bibliomaniacs : Episode 18 | Les Mots de Marjo

  7. Pingback: Croire au merveilleux | Les Mots de Marjo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s