La Théorie du Chaos

la théorie du chaosArrière-petit-fils de Jules-Henri Poincaré, Henri est loin des préoccupations mathématiques de son illustre ancêtre puisqu’il est inspecteur à Interpol. Envoyé à Amsterdam, il doit enquêter sur le meurtre d’un mathématicien américain, James Fenster, qui devait intervenir lors d’une conférence de l’OMC… où justement la théorie du chaos jouait un rôle prédominant. Mais sa mission est mise à mal par une menace qui plane sur sa propre famille, commanditée par un criminel appréhendé lors d’une précédente mission.

« La Théorie du Chaos » est un thriller de facture classique, avec un inspecteur, son enquête et ses rebondissements. Si ces derniers ne sont d’aucune surprise tant ils ont un goût de déjà-vu, il n’empêche que cette lecture est plutôt agréable. Tout d’abord parce que son personnage principal est attachant, mais aussi parce que le contexte est original. Entre illuminés religieux, mathématiciens et autres scientifiques, mondialisation et actes de terrorisme internationaux, le périmètre est riche et l’intrigue bien troussée. Malgré le sujet principal (les mathématiques) qui peut sembler segmentant au premier abord, ce dernier est traité avec suffisamment d’intelligence et de vulgarisation pour captiver le lecteur jusqu’au bout. J’aurais néanmoins aimé davantage de suspense pour que le plaisir de lecture soit entier (mais bon, peut-être ai-je lu ou vu trop de policiers ;)

La force du roman est de faire vivre un héros auquel on s’attache, dès le début de la lecture : Henri Poincaré. Las de son héritage génétique, cet homme, proche de la retraite nous semble terriblement humain. Si son curriculum vitae est impressionnant, il n’en reste pas moins simple dans ses attitudes et ses relations avec les autres. C’est aussi dans le cadre personnel qu’il se révèle le plus touchant. Les menaces qui pèsent sur sa famille font partie des moments intenses du roman et font rejaillir toute l’humanité et la solitude de Poincaré. Cette dimension de l’histoire donne davantage de relief au récit, mais surtout démontre le danger constant dans lequel vivent ces hommes et ces femmes qui sacrifient leur vie personnelle pour la lutte contre le crime et le terrorisme. On n’échappera malheureusement pas aux stéréotypes dans la description des autres personnages, mais l’essentiel semble être ailleurs.

« La Théorie du Chaos » de Leonard Rosen est disponible aux Editions Le Cherche Midi.
496 pages. Septembre 2013.

Il fait partie de la sélection des Policiers pour le Grand Prix des Lectrices ELLE 2014.Prix ELLE

Publicités

13 réflexions sur “La Théorie du Chaos

  1. je l’ai trouvé agréable à lire, mais il ne m’a pas marquée, et il y avait quelques invraisemblances qui m’ont un peu agacée…bref, sympa mais sans plus.

    • Oui c’est ça, c’était plaisant. J’ai aimé le personnage principal mais c’est sûr que l’intrigue m’a donné un gros sentiment de déjà-vu, avec un rebondissement qui ne m’a pas du tout surprise, mais bon. Quant aux invraisemblances, j’ai l’impression qu’il est très difficile d’avoir un policier qui n’en ait pas, non ?

  2. je l’ai trouvé pas mal pour être honnête, même si ce n’est vraiment pas un chef d’oeuvre, mais il y a eu pire que ça dans la sélection, pas vrai?
    (au hasard Longue division)

    • Oui, ce n’est pas un chef-d’oeuvre, mais il est assez plaisant par rapport au reste, et cette année, c’était déjà pas si mal (s’il y avait un prix pour élire le pire Polar de l’année, Longue Division le gagnerait sans aucune doute :)

  3. J’aime beaucoup les polars, les thrillers etc. Mais là, vu ta description et les commentaires, ça ne semble pas vous avoir marqué plus que ça. Est-ce que tu en aurais à me conseiller ?
    Moi, un des thrillers qui m’a beaucoup marquée, c’est « avant d’aller dormir » de S.J Watson. J’avais beaucoup de mal à décrocher. Vu la quantité astronomique de tes lectures, j’imagine que tu le connais….mais j’avais adoré ! Il fallait que tu le saches !

    • Oui je le connais, je l’ai même dans ma bibliothèque mais je ne l’ai pas encore lu :( (j’ai beaucoup trop de choses en attente, c’est pas bien). Moi j’aime beaucoup les polars de Dennis Lehanne, comme Gone Baby Gone et Shutter Island (même si tu as moins de suspense maintenant qu’ils sont sortis en films). Je n’ai pas lu son dernier encore, mais j’aime bien son univers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s