Oona et Salinger

oona et salingerLorsque Jérôme David Salinger rencontre Oona O’neill, il a tout juste 21 ans, et elle 15. Il tombe immédiatement amoureux de la jeune fille, it-girl de New York, et fille du célèbre dramaturge Eugene O’neill, prix Nobel de Littérature. Oona et Salinger débutent une amourette, bientôt stoppée par la Seconde Guerre Mondiale. Car, Salinger s’engage dans l’armée américaine et prépare le débarquement. Car Oona quitte la côte Est pour la Californie, où elle rencontrera celui qui sera son époux : Charlie Chaplin.

Je n’avais jamais lu un roman de Frédéric Beigbeder. En cette rentrée, alors que « Salinger » s’affiche en titre du nouvel opus de l’enfant terrible de la littérature (son 9e roman tout de même), je me suis dit que l’occasion était trop belle pour ne pas tenter ma chance (parce que c’est Salinger tout de même). Peut-être que si j’avais mieux connu l’auteur, son style, ses digressions personnelles et un soupçon de sa vie privée, j’aurais été moins déçue. Peut-être que je n’aurais pas eu l’impression d’être passée à côté d’un roman qui aurait pu être passionnant, si son auteur avait su mieux se tenir.

Car il y avait matière à faire un beau livre. De la rencontre avortée avec Salinger un matin de 2007 (Salinger étant rien de moins que l’auteur préféré de Beigbeder), à la découverte du portrait de la jeune Oona O’neill dans un café américain, Beigbeder a une intuition, une illumination : écrire l’histoire de ces deux jeunes gens, si différents, et qui pourtant se sont plu, se sont aimés comme des adolescents, puis se sont quittés. Cette histoire où Oona fut certainement la muse de Salinger, celle lui ayant inspiré son unique roman, « L’attrape-Coeurs ». Ce grand récit de l’adolescence, celui d’un jeune homme qui se sent perdu, à la recherche de lui-même pour ne pas avoir à rentrer chez lui.  Cette histoire avec Oona qui marquera Salinger toute sa vie, lui qui fut abimé par l’amour, avant d’être détruit par la guerre (il fut l’un des premiers à débarquer en Normandie, l’un des premiers à entrer dans les camps d’extermination), et qui finira pas vivre en véritable ermite.

Alors oui, un livre qui s’intéresse à cette petite parenthèse de la vie de ce « couple », qui nous entraine dans le New York des années 40, plein de paillettes et de superficialité quand de l’autre côté de l’Atlantique le monde n’était qu’un champ de ruine, un roman où l’on croise Fitzgerald, Hemingway ou encore Truman Capote, où l’on cherche à comprendre l’homme derrière son mystère…. « Oona et Salinger » avait tout pour me plaire. Mais à force de phrases choc, de mièvrerie, d’humour pas toujours drôle, de dialogues mêlant français et anglais, mais surtout en se cachant derrière Salinger pour revendiquer son droit à la jeunesse perdue (que la fin du livre est proche du ridicule, c’est terrible), Frédéric Beigbeder m’a laissée perplexe. Pourtant il y a eu des moments plein de charme, des notes de tendresse, des remarques pertinentes et bien senties. Il y avait quelque chose, mais ce quelque chose s’est un peu perdu en route.

« Oona et Salinger » de Frédéric Beigbeder est disponible aux éditions Grasset.
336 pages. Août 2014.

Publicités

4 réflexions sur “Oona et Salinger

  1. J’aime ton nouveau fond d’écran, mais du coup tu as gardé ton titre alors (que j’aime bien hein…)?
    Pour Beigbeder, tu imagines à quel point je suis d’accord avec toi binômette, sans vous je ne l’aurais évidemment jamais lu ;-) mais c’est pas grave parce que ça nous a bien fait rigolé.

    • Oui, je ne sais pas encore trop (ma soeur m’a dit de ne pas changé), j’hésite. J’attends que la bonne décision s’impose à moi ;)
      Oui le Beigbeder nous aura fait rire, mais c’est dommage quand même (Salinger quand même !).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s