22/11/63

2211632011 : Jake Epping, professeur dans le Maine se voit investi d’une mission qui pourrait changer le monde. Son ami Al a remarqué une faille temporelle dans la réserve de son restaurant lui permettant de remonter le temps pour retourner en 1958. Ce qu’il a fait à plusieurs reprises pour tenter d’empêcher l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy le 22 novembre 1963 à Dallas. Mais atteint d’un cancer et se sentant proche de la fin, Al demande alors à son ami Jake de reprendre le flambeau. Mais changer le passé a son lot de conséquences. Et surtout, le passé veut-il vraiment être changé ?

Stephen King aborde le thème du voyage dans le temps et les conséquences qu’ont nos actions pour le futur. En changeant le passé, son personnage principal change non seulement les destinées de ceux qui l’entourent mais crée également le fameux effet papillon. Les répercussions de ses actions auront-elles un effet finalement plus dramatique ? Le passé se répète-t-il toujours ? En tout cas, Jake Epping apprend à ses dépends que le passé ne supporte pas d’être changé et qu’il n’hésite pas à semer des obstacles sur sa route. Stephen King est alors libre de confronter son héros à son lot d’embûches et de drames. Il faut avouer qu’il sait créer un certain degré de suspense, et on se prend à trembler en craignant sans cesse le pire.

La force de Stephen King est également de faire revivre une époque : les années 60, avec sa douceur de vivre mais aussi sa morale bien pensante. Et de créer des personnages attachants : Jake Epping bien sûr, mais également les habitants de la ville de Jodie au Texas : son amie Sadie, les élèves, les professeurs… Histoire oblige, il donne vie à des personnages qui font froid dans le dos, Lee Oswald en tête, mais aussi des bookmakers sans scrupules, des mafieux vengeurs ou encore des criminels violents sous leurs airs rassurants. Il n’y a pas à dire, « 22/11/63 » se lit facilement, c’est un récit très humain (mais parfois trop empreint de bons sentiments), on en apprend beaucoup sur la vie de l’époque (mais par pitié, qu’il est agaçant d’entendre Jake dire sans cesse « ma pépette » à Sadie !).

Pour autant, ce pavé (près de 1 000 pages version Albin Michel), s’il est efficace, n’évite pas les longueurs. A la fin, cela semble interminable alors que l’on arrive au coeur du sujet : le fameux 22 novembre 1963. Et pourtant ce sujet semble souvent relégué au second plan. L’enquête de Jake pour traquer l’assassin de Kennedy semble être un passage obligé auquel l’auteur semble parfois se livrer à contre-coeur. Et dont il ne cherche pas une issue autre que celle qu’il avait imaginée au début (la théorie du complot ? Un autre suspect ?). C’est comme si, finalement, cette part du récit l’intéressait moins au fur et à mesure que le temps passe et que l’intrigue avance. Et que, à l’image de son personnage, la vie à Jodie lui plaisait davantage et qu’il n’avait pas envie de quitter ce cocon pour se mettre en danger à Dallas, une ville qu’il exècre.

« 22/11/63 de Stephen King est disponible aux éditions Albin Michel (et le Livre de Poche).
934 pages. Février 2013.

Publicités

15 réflexions sur “22/11/63

  1. J’ai aussi trouvé que l’intrigue de JFK était reléguée au second plan et ça m’a plutôt déçue en fait… Mais je reconnais que Stephen King est un maître du suspens et qu’on a du mal à décrocher.

  2. Ce Stephen King me faisait vraiment envie quand il est sorti…par contre 1000 pages, ça représente de faire l’impasse sur 3 ou 4 livres de taille « normale »…arbitrage, quand tu nous tiens… ;-)

  3. J’ai beaucoup aimé ce roman, et malgré les 1000 pages je n’y ai pas trouvé de longueurs, outre le contexte historique qui m’intéressait, comme Jackie Brown c’est l’aspect American sixties qui m’intéressait.

  4. j’avais lu ce livre à sa sortie en anglais. j’avais bien aimé mais l’impression qu’il avait essayé d’écrire LE grand roman sans réussir. Mais on y retrouve tout ce que j’aime tant chez King au-delà de l’horreur ; une écriture percutante, efficace et précise… Oui, des bons sentiments mais c’est des bons-bons sentiments ahah #fan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s