C’est le Métier qui rentre

c'est le métierSybille est actrice et vient de terminer le tournage d’un film. Mais un nouveau projet occupe déjà ses pensées : la réalisation d’un film dont elle a déjà écrit le scénario. Justement, des producteurs sont intéressés et souhaitent s’occuper du film de Sybille. Ils n’ont pas très bonne réputation dans le métier, mais qu’importe, ils ont toujours réussi à monter les films qu’ils ont pris en charge. Et Sybille croit tellement à son projet que rien ne lui semble insurmontable…

Dans ce roman, Sylvie Testud se sert de son expérience d’actrice et de réalisatrice pour écrire une satire sur le monde du cinéma. Entre producteurs hystériques, actrices qui ne veulent pas payer leurs repas puisqu’elles sont célèbres, agents désabusés et réalisatrice en perdition, les clichés ne manquent pas. Cela aurait pu être savoureux, mais c’est plutôt répétitif et lassant. A vrai dire, j’avoue m’être ennuyée en lisant ce roman, et avoir même été agacée par le personnage de Sybille. Quand tout part à vau-l’eau, elle est la seule à continuer bille en tête, sans se préoccuper des signes avant-coureurs, de l’avis de son agent ou encore de son conjoint, dont elle se moque. Et pourtant, elle aurait eu de quoi se poser des questions, à commencer par le remaniement, hautement improbable, de son scénario qui tourne franchement au ridicule. On en vient même à se demander comment elle peut obtenir l’adhésion de son équipe (mais pas de financiers, qui auront eu le nez fin).

Quant au style, il n’a, là non plus, rien d’enthousiasmant. C’est truffé de dialogues et de descriptions sans intérêt, avec une écriture plus proche du parlé qu’autre chose. On a l’impression que Sybille court partout et n’importe où, si bien que l’on ne sait plus dans quel sens aller. J’ai en fait eu l’impression de lire un roman où tout le monde s’agite dans tous les sens pour rien… Alors bien sûr, il y a quelques passages bien trouvés, amusants, un regard forcément sur ce métier. Mais à la fin, on a plutôt l’impression d’avoir assisté à une mauvaise farce. Peut-être cela est-il le résultat d’une aventure bien réelle, arrivée à Sylvie Testud. Mais on a des difficultés à y croire, tant l’ensemble parait forcé. Une vraie déception alors que je m’attendais à une critique corrosive et intelligente, de la part d’une actrice talentueuse, avec une patte d’écrivain.

« C’est le Métier qui rentre » est disponible aux éditions Fayard.
200 pages. Janvier 2014.

le mois cinéma

Publicités

4 réflexions sur “C’est le Métier qui rentre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s