La Lettre à Helga

lettreàhelgaCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
De retour pour un été dans la maison où il passa toute sa vie, Bjarni Gislason décide d’écrire à la seule femme qu’il ait jamais aimée : Helga. Depuis le temps, la plupart des témoins ont disparu mais l’ancien éleveur de brebis se souvient de tout : la violence de son désir, l’âpreté de son existence, la beauté de la nature… Sa lettre, qui tient autant de la déclaration d’amour passionnée que de l’hymne à la terre et au mode de vie rural, est pour lui l’occasion de faire une dernière fois le tour de ce que fût son existence, et de s’interroger sur les raisons qui poussent un homme à faire « la sourde oreille » au « doux appel de l’amour ».

J’avais beaucoup entendu parler de « La Lettre à Helga » et de façon plutôt élogieuse, même si je me rappelle avoir vu poindre des avis mitigés à un moment donné. Aussi, j’étais assez curieuse de découvrir ce petit roman, sous forme d’une lettre d’une centaine de pages. Une longue lettre pour évoquer une histoire d’un amour à la fois intense et déçu, dans les montagnes islandaises. Une lettre que je m’imaginais empreinte d’émotion, de nostalgie, de poésie également, et d’amour bien entendu. Hélas, mes attentes ont été largement déçues.

Je n’ai pas réussi à adhérer à l’histoire et aux personnages, qui m’ont semblés trop abstraits (l’effet lettre peut-être). Il m’a été difficile de comprendre Helga et pourquoi elle avait tant marqué l’auteur de cette lettre, car ce personnage m’a semblé manquer terriblement de profondeur. Certaines scènes m’ont gênée et je n’ai pas compris le besoin de l’auteur de les incorporer à son récit. Le découpage entre l’histoire d’amour et la vie de la ferme, m’a semblé un peu décousu. En si peu de pages, vouloir parler de tout par à coups me donne l’impression que tout parait anecdotique.

En fin de compte, je suis assez perplexe devant ce roman. Je n’ai pas réussi à entrer dans cette histoire, qui ne m’a pas vraiment touchée. Il y a parfois de beaux passages, parfois des anecdotes qui oscillent entre tragédie et comédie, plutôt bien trouvées. Mais il n’y a pas cette touche de poésie à laquelle je m’attendais. Il y a des regrets, de la colère et de l’intensité. Mais il y a aussi des bizzareries bien inutiles, qui donnent un côté étrange au récit, et qui n’aident pas à apprécier son personnage principal. Et surtout il manque, j’en ai l’impression, ce qui aurait du être le moteur de cette lettre : de l’amour…

« La Lettre à Helga » de Bergsveinn Birgisson est disponible aux éditions Points.
124 pages. Février 2015.

« La Lettre à Helga » fait partie de la sélection du Meilleur Roman des Lecteurs de Points 2015.

prixpoint

Publicités

8 réflexions sur “La Lettre à Helga

  1. J’ai adoré ce mélange foutraque, cette paillardise associée à des envolées presque lyriques, cette histoire d’amour improbable, la lâcheté de cet homme incapable de faire des choix. J’ai aimé me rouler dans le foin avec eux, sentir l’urine des moutons et enfoncer mes bottes dans la gadoue et la neige.
    Bref, j’ai tout aimé dans ce roman ;)

  2. Beaucoup aimé aussi ! Je trouve à ce petit roman beaucoup de personnage. J’ai souvent souri et si le personnage principal est énervant, il n’en est pas moins attachant, je trouve.

  3. Pingback: Prix du meilleur Roman des Lecteurs de Points 2015 : les Résultats | Les Mots de Marjo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s