On ne voyait que le Bonheur, lu par Grégori Baquet et Georgia Scalliet

onnevoyaitquelebonheurAntoine, la quarantaine, est expert en assurances. Il est marié et a deux charmants enfants : Léon et Joséphine.  Sa vie consiste à dédommager, calculer… Si sa vie professionnelle ne l’épanouit pas, il connait aussi des blessures dans sa vie privée : sa mère a fui le foyer familial quand il était enfant, son père se meurt d’un cancer. Et sa femme le trompe. Alors un jour, au bord du gouffre, Antoine commet l’irréparable, l’indicible…

« On ne voyait que le bonheur » de Grégoire Delacourt est un roman pour lequel j’ai eu de grandes difficultés à m’intéresser. Pendant sa plus grande partie, je n’ai éprouvé que de l’ennui, face à une histoire décousue, que j’ai eu l’impression d’avoir déja lue des dizaines de fois. Impossible de m’attacher aux personnages, qui existent par à coups, aux grés d’allers et retours entre passé et présent. Des personnages qui ne me paraissent pas exister vraiment, tant ils me semblent caricaturaux. Je n’ai éprouvé aucune compassion pour Antoine, malgré ses malheurs, et je n’ai pas trouvé son « geste » crédible. Comment a-t-il pu en arriver là, et puis comment peut-on ensuite le retrouver au Mexique ? Et je dois avouer que j’ai été très agacée que Grégoire Delacourt ait nommé les soeurs jumelles d’Antoine, Anne et Anna (c’est un détail mais quand même !).

Il m’a fallu du temps avant de vraiment comprendre où Grégoire Delacourt voulait nous emmener. Et son « événement » est perturbant, inimaginable, on a l’impression qu’il arrive sans explication, sans que le roman y ait vraiment été préparé. Je me suis même demandée si j’avais bien compris ce que j’avais entendu, tant j’ai été surprise par la tournure de l’histoire. Pour autant, c’est à ce moment-là que l’on comprend le sens du livre. Et que l’on trouve enfin une unité. Une unité cristallisée dans la troisième partie, menée par Joséphine, et l’on sent alors que l’on trouve un vrai fil conducteur. Mais néanmoins, l’écriture est très désagréable, car d’une pauvreté absolue : l’auteur a cherché à se glisser dans la peau d’une adolescente, mais j’ai trouvé les propos complètement ratés, au style médiocre. Pourtant certains se sont essayés à évoquer les tourments des adolescents, et cela était réalisé avec bien plus de talent !

Je me demande alors si ce roman ne perd pas de son intérêt avec sa version audio. Parce que le découpage des chapitres, à l’image d’un patchwork mêlant passé et présent, n’est pas forcément évident à suivre. Parce que les noms des chapitres, énumérés, est désagréable (en lien avec le métier d’Antoine, il s’agit d’une succession de chiffres, toutes les cinq minutes). Parce que je n’ai pas forcément été séduite par les lectures de Grégori Baquet, mais surtout de Georgia Scalliet (qui interprête Joséphine, entre 11 et 18 ans, et dont le ton m’a hérissée au plus haut point). Et que les passages avec Anna, la jeune soeur d’Antoine, m’ont ennuyée. Ce fut ainsi une écoute longue et laborieuse, pour laquelle je n’ai éprouvé aucun plaisir. Et la fin m’a laissé un sentiment d’inachevé, comme si l’auteur n’avait pas su comment terminer son roman, et s’était laissé aller à de la facilité.

Si à la fin d’un chapitre, Grégoire Delacourt écrit : « On ne voyait que le bonheur », je n’ai pu m’empêcher de mon côté de penser que je n’y ai vu que de l’ennui…

« On ne voyait que le Bonheur » de Grégoire Delacourt, lu par Grégori Baquet et Georgia Scalliet est disponible aux éditions Audiolib.
Durée de 6h53. Octobre 2014.

« On ne voyait que le Bonheur » fait partie de la sélection pour le Prix Audiolib 2015.

prixaudiolib

Publicités

3 réflexions sur “On ne voyait que le Bonheur, lu par Grégori Baquet et Georgia Scalliet

  1. Pingback: Prix Audiolib 2015 : les Résultats | Les Mots de Marjo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s