Une Saison à Longbourn

jobakerAu début du XIXè siècle, à Longbourn. Alors que Jane et Bingley se font timidement la cour, qu’Elizabeth et Darcy font preuve d’orgueil et de préjugés ou que Lydia s’enfuit avec Wickham, une autre vie se déroule à l’étage inférieur de la maison des Bennet. Il s’agit de celle des domestiques avec Sarah, la femme de chambre, Mrs Hill l’intendante ou encore James, le nouveau valet…

« Orgueil et Préjugés » de Jane Austen étant un de mes livres préférés, toute référence à cette oeuvre m’intéresse et je suis souvent curieuse de découvrir comment les auteurs contemporains s’inspirent de ce roman. Avec plus ou moins de talent et d’inspiration il faut l’avouer, le roman originel étant souvent copié (le triangle Elizabeth-Darcy-Wickham que l’on repère à des kilomètres), les comportements des personnages pouvant décevoir ou encore l’après « Orgueil et Préjugés » pouvant manquer de crédibilité. Mais ici, le postulat de base était intéressant puisqu’il s’agit de se placer du côté des domestiques de Longbourn. Un roman décrivant les coulisses de la maisonnée, permettant une nouvelle lecture, avait donc de quoi titiller ma curiosité.

Il faut dire que l’on sent Jo Baker à l’aise avec son sujet, puisque chaque passage du roman de Jane Austen trouve son début ou sa conclusion dans « Une Saison à Longbourn ». Quand les Bennet passent à table, on voit Mrs Hill préparer leur repas et Sarah faire le service. Quand les jeunes demoiselles de la maison assistent à un bal, on voit James les y conduire et les attendre près de l’attelage. Toutes les actions sont minutieusement décrites, on a l’impression de suivre les personnages pas à pas. Le quotidien d’une femme de chambre ou d’une intendante est rapporté avec beaucoup de précision, on voit la façon dont les domestiques de la maison sont attachés les uns aux autres, leurs relations avec leurs maîtres. C’est intéressant, mais cela reste un peu scolaire. Il manque ce ton plein d’esprit, un peu espiègle qui fait tout le charme du roman de Jane Austen.

En effet, on s’ennuie un peu à la lecture du roman de Jo Baker. On a également l’impression de passer par des passages quelque peu obligés (le fameux triangle amoureux). Mais surtout ce qui m’a gêné, ce sont les comportements et attitudes qui ont été prêtés à mes personnages préférés. Pour moi, on ne touche pas à Elizabeth, Jane, Darcy ou Mr Bennet. Or ici, j’ai trouvé Elizabeth distante, Jane plutôt fade, Darcy trop présomptueux, et surtout je n’ai pas du tout adhéré au passé de Mr Bennet. Par ailleurs, je n’ai pas trouvé l’intérêt de faire un saut dans le passé pour expliquer l’histoire de James, cela coupant le récit et lui enlevant son unité. Je n’ai pas non plus aimé les passages qui se déroulent après la fin de l’intrigue de « Orgueil et Préjugés », ne reconnaissant pas les personnages que j’aime… Au final, ce fut une lecture assez plaisante, mals la fin m’a beaucoup déçue.

« Une Saison à Longbourn » de Jo Baker est disponible aux éditions Le Livre de Poche.
456 pages. Avril 2015.

« Une Saison à Longbourn » fait partie de ma sélection pour le Mois Anglais, organisé par ChryssildaMartine et Lou.

le mois anglais 3

Publicités

15 réflexions sur “Une Saison à Longbourn

  1. j’avais vraiment eu envie de le lire, je trouvais le concept intéressant, et puis cette vision de la société anglaise par les domestiques est quand même très à la mode en ce moment…mais ton avis ne m’encourage pas vraiment à le lire, finalement!

  2. J’étais bien tentée par ce livre, ayant lu très peu de romans para-austeniens, mais les critiques mitigées s’accumulent. Je te comprends tout à fait quand tu dis que tu ne supportes pas que le caractère des personnages ait été changé. Pour l’instant, j’ai l’impression qu’aucun auteur contemporain n’a réussi à capturer leur personnalité comme il le faudrait !

  3. Ce livre m’attend dans ma pal depuis sa parution ,je l’avais reçu en sp. J’ai lu O & P l’an dernier pour la première fois c’est le seul Austen que j’ai lu à ce jour et j’espère qu’il me plaira plus qu’à toi car ronde billet ne m’incite pas trop à le lire

  4. Tu es assez critique mais malgré tout, j’ai envie de le lire. Je pense qu’il ne faut pas s’attendre à lire quelque chose du niveau de Jane Austen. Si je me mets bien ça en tête, je ne serai peut-être pas trop déçue.

  5. Tout à fait d’accord avec toi, je me faisais une joie de lire ce livre car je suis aussi très fan d’Orgueil et Préjugés. Mais, je me suis ennuyée et la fin ne m’a pas plus du tout. Sans le comparer au roman de Jane Austen, l’histoire n’est pas vraiment intéressante. Une déception.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s