Les Suprêmes

lessupremesOdette, Clarice et Barbara Jean sont amies depuis 40 ans. Tellement proches et soudées qu’elles ont été surnommées les Suprêmes. Depuis leur adolescence, elles ont tout vécu ensemble : les fiançailles, les mariages, les naissances. Mais aussi la perte d’un enfant, la mort d’un époux, la déclaration d’un cancer. Avec toujours un lieu comme point d’ancrage : Chez Earl, le restaurant où elles se retrouvent chaque dimanche après la messe pour le buffet à volonté.

Edward Kelsey Moore relate quarante ans d’amitié dans ce roman. Des années 1960 aux années 2000, il retrace également en filigrane les événements ayant marqué la population afro-américaine. A travers les joies et les drames de ses héroïnes, on découvre des personnalités fortes, touchantes, dont on se sent proche. Certains dialogues, certaines scènes sont très drôles et cocasses (il n’y a qu’à voir la scène du mariage de Sharon, la nièce de Clarice) et le tout est enlevé et bien écrit. Si certains passages sont plus dramatiques, l’auteur n’en fait pas trop dans le pathos. Les allers-retours entre passé et présent sont bien construits et nous permettent d’alterner les points de vue et de compléter la vision que l’on a des trois protagonistes principales. Il se dégage de ce roman beaucoup de bonne humeur, c’est ce que l’on pourrait appeler un livre qui fait du bien (les fameux « feel-good books »).

Ce roman aurait pu être un coup de coeur pour moi, mais je n’ai pas trop adhéré à son petit côté « fantastique ». En effet, Odette peut voir et parler avec des personnes disparues. Si tout au long du roman, cela est introduit de façon assez subtile et avec parcimonie, sans que cela ne vire au grandiloquent, cela n’est plus du tout le cas à la fin. J’ai été assez agacée par le passage à l’hôpital, où chacun confie ses secrets et où chacun se voit faire la morale… J’ai trouvé que cela manquait de finesse et de naturel. Et c’est bien dommage. Parce que le reste du roman est très agréable à lire et divertissant. Mais pour autant, cela ne doit pas en gacher la lecture, et c’est un roman que je ne peux que vous conseiller. Si ce n’est déjà fait, il vous faut rencontrer ces Suprêmes, car une chose est certaine : vous allez les adorer !

« Les Suprêmes » d’Edward Kelsey Moore est disponible aux éditions Actes Sud.
336 pages. Avril 2014.

« Les Suprêmes » fait partie de ma sélection pour le Mois Américain de Martine.

mois américain

Publicités

10 réflexions sur “Les Suprêmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s