La Fille du Train

filledutrainRachel habite Ashbury, en banlieue de Londres. Tous les matins et tous les soirs, elle prend le train pour le centre-ville. Toujours aux mêmes horaires : à 8h04 et à 17h56. Et à chaque trajet, son train s’arrête à un feu rouge où elle a quelques instants pour regarder les maisons. Dont une en particulier : celle d’un couple, qu’elle a nommé Jess et Jason. Elle a l’impression de les connaître, qu’ils font partie de sa vie. Elle imagine leur vie, et la jalouse même tant ils semblent parfaits. Mais un jour Rachel apprend que Jess a disparu. Jess qui se nomme en fait Megan. Et à ce moment-là, Rachel quitte son rôle de spectatrice, car elle a la sensation qu’elle détient des informations nécessaires à l’enquête.

Grand succès de l’été 2015, « La Fille du Train » est un polar efficace dont la narration se partage entre les trois personnages féminins principaux : Rachel, Megan (la victime) et Anna (la nouvelle femme de l’ex-mari de Rachel). Chacune d’entre elles apporte sa pierre à la construction de l’intrigue et à sa résolution. Les chapitres sont rédigés à la première personne, ce qui permet d’entrer dans la tête de chacune d’elles, de connaitre tout de leurs interrogations, de leurs peurs, de leurs certitudes… Jusqu’à ce que tout bascule et que celles-ci s’effondrent. Comme on est sur du pur style direct, inutile de chercher une écriture recherchée. Paula Hawkins ne s’est pas trop apesantie de ce côté-là, et sa narration se rapproche assez de celle des « Apparences » de Gillian Flynn.

Côté intrigue, on peut dire que cela prend du temps avant de se mettre en place. En effet, avant tout, on apprend (longuement) à connaître Rachel et son penchant pour la boisson suite à son divorce d’avec Tom et à son licenciement (et on sait exactement combien de canettes de gin tonic ou de bouteilles de vin elle descend dans le train ou dans sa chambre). L’alternance des personnages permet d’étirer le roman, et on pourra regretter quelques longueurs ou répétitions. Si on se laisse prendre au jeu, il est cependant dommage de deviner le noeud de l’intrigue et l’identité du coupable une bonne centaine de pages avant la fin (et il ne vous faudra pas une grande expérience dans la lecture des livres policiers pour cela). On saluera cependant la retenue de l’auteur qui évite le rebondissement de trop et garde son récit dans les limites du crédible.

Quand aux personnages, ils restent assez caricaturaux et peu esquissés, mais peu importe au final. Le rôle de la police se limite au strict minimum ici, car c’est Rachel qui s’immisce dans l’enquête pour découvrir la vérité sur la disparition de Megan. Un personnage parfois irritant mais attachant. C’est en tout cas le plus complexe du roman : complètement anéantie par son divorce, elle harcèle son ex-mari et sa nouvelle compagne, se réfugie dans l’alcool et a mis en place tout un stratagème pour que sa colocataire ne s’aperçoive pas qu’elle a perdu son travail. Ses trous noirs récurrents sont un procédé narratif intéressant pour l’intrigue, mais ils deviennent un peu redondants. Si le roman ne brille pas par son originalité dans sa construction, il n’en reste pas moins efficace et part surtout d’un postulat intéressant : quelle est la vraie vie des personnes que l’on observe tous les jours de l’autre côté de sa fenêtre ?

« La Fille du Train » de Paula Hawkins est disponible aux éditions Sonatine.
378 pages. Mai 2015.

Publicités

10 réflexions sur “La Fille du Train

  1. j’ai aimé ce livre à cause du personnage de Rachel, et à cause du postulat de base, que tu soulignes bien dans ta conclusion…par contre j’ai trouvé la fin effectivement prévisible, et un brin grandguignolesque…

    • Oui, j’ai été assez déçue par le livre qui n’exploitait pas assez bien son postulat de départ, et c’est bien dommage. Je m’attendais à quelque chose d’original, mais cela n’a pas été le cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s