La Couleur du Lait

La couleur du laitCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
1831. Mary une jeune fille de 15 ans mène une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset. Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur. Avec elle, elle apprend la bienveillance. Avec lui, elle découvre les richesses de la lecture et de l’écriture… mais aussi obéissance, avilissement et humiliation. Un apprentissage qui lui servira à coucher noir sur blanc le récit tragique de sa destinée. Et son implacable confession.

La couleur du lait, c’est la couleur des cheveux de Mary, cette jeune fille de 15 ans, qui couche sa confession sur le papier. Une confession écrite à l’image de son héroïne : simple, franche et d’une incroyable candeur et fraîcheur. Ainsi ce roman, c’est tout simplement la retranscription des mots de Mary. Ceux d’une jeune fille qui vient juste d’apprendre à lire et à écrire, et dont l’absence d’instruction constituait un moindre mal pour ses parents, la priorité étant de s’occuper de la ferme et de faire vivre ses locataires. Le récit de Mary se fait sans majuscule, souvent sans ponctuation, et même avec des fautes grammaticales. Si au début, cela a de quoi surprendre, finalement, on se laisse prendre au jeu.

On s’étonne même de se laisser bercer par cette narration, qui contre toute attente, révèle une certaine poésie. C’est un récit d’une grande puissance et d’une belle honnêteté. Il fait le pont entre deux mondes. Celui, rude, des paysans anglais du XIXe siècle. Et celui plus feutré et insidieux de la maison du pasteur Graham où Mary est envoyée. Dans ce lieu, souvent en huis clos, où bonnes manières et ordre règnent, la situation n’est pas aussi idéale qu’il y parait. Sous les silences et le calme latents, la mère, qui semble tout droit sortie d’un roman de Flaubert, souffre d’un mal mystérieux. Que le départ de son fils pour l’université va bouleverser. Un fils, Ralph, distant et orgueilleux, qui fait le malheur de la pauvre Mary, qui se sent harcelée par ses attitudes. Mais ce n’est pas le pire…

Et l’on sent se resserrer peu à peu les nœuds de l’intrigue. On ne sera certes pas surpris par les rebondissements mais la conclusion du roman vous laissera sonnés. Difficile de ne pas s’attacher à Mary. Son récit, c’est toute la douleur, l’horreur et le désespoir portés par une enfant, avec sa seule force de caractère pour se défendre, qui prennent aux tripes. Et en même temps, c’est un récit d’une grande maturité, d’une jeune fille qui a dû grandir avant l’heure et qui subit une situation qu’elle a cherché à fuir depuis le début. D’une jeune fille qui s’est laissée enfermer par des adultes qui n’avaient en tête que leurs propres préoccupations et intérêts. D’une jeune fille dont le destin est bouleversant et dont la confession ne pourra que vous émouvoir. Un très beau roman !

« La Couleur du Lait » de Nell Leyshon est disponible aux éditions 10/18.
186 pages. Septembre 2015.

Publicités

14 réflexions sur “La Couleur du Lait

  1. Moi, j’ai été très surprise par le revirement à la fin du roman (je ne m’attendais pas du tout à lire quelque chose qui traite du viol, en ouvrant ce roman). Je m’attendais à un livre fluide, facile et finalement j’ai été très déconcertée par le thème qu’il traite et qui est si dur.

    • Je t’avoue que quand j’ai lu la dernière de couverture, j’avais senti une histoire de ce genre, donc cela ne m’a pas plus surprise que cela.
      C’est un roman dur, mais je l’ai trouvé d’une grande beauté et d’une grande puissance !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s