La Répétition

larépétitionLycée Abbey Grange, Nouvelle Zélande. Les professeurs et les élèves sont en émoi : M.Saladin aurait eu des relations intimes avec une de ses élèves, Victoria, membre du jazz band et surtout mineure. Viol ou relation consentie, chacun y va de son hypothèse. La jeune sœur de Victoria, Isolde, est en première ligne et subit le regard des autres. Elle peut compter sur sa professeur de saxophone pour se confier. Tout comme Julia et Bridget, elles aussi membres du jazz band et camarades de Victoria.
Stanley vient d’être accepté au très sélectif Institut d’art dramatique, dont les locaux sont situés juste à côté de l’atelier de la professeur de saxophone. En tant que 1ère année, il accumule les cours mais doit préparer également un grand projet avec les autres étudiants : monter une pièce de théâtre originale dont ils seront les seuls décisionnaires. Le groupe décide de s’inspirer de l’histoire de Victoria pour ce spectacle de fin d’année.

Eleanor Catton avait à peine 23 ans lorsqu’elle a écrit « La Répétition », son premier roman. On ne peut qu’être impressionné par la maîtrise dont elle fait preuve pour raconter cette histoire, à la fois cruelle et complexe. La frontière entre la réalité et la fiction est si ténue que l’on peut facilement s’y perdre. On a l’impression d’être dans son siège de spectateur, face à une scène au décor vide, où les personnages se déguisent et entrent, seulement auréolés de la lumière des projecteurs. Chacun semble jouer un rôle, réciter un texte, voire même se substituer à d’autres personnages. Quand il sort de scène, on se demande si la scène vécue est réelle, si elle fait partie de la pièce, ou bien d’une répétition. On se sent manipulé, comme si Eleanor Catton était en train de tirer les ficelles d’un pantin et que l’on avançait selon son bon vouloir, assistant à ce qu’elle voulait bien nous dévoiler.

Pour autant, il n’est pas évident de rentrer dans l’histoire tant la mise en abyme est complexe. Il faut savoir être patient et apprendre à se laisser guider par l’auteur, sans chercher à tout forcément maîtriser. De nombreux personnages sont présents, mais peu ressortent. On a l’impression d’avoir quelques premiers rôles alors que le reste se fond dans une masse sans visages. Un des personnages les plus complexes étant certainement cette prof de saxophone, quasi omniprésente et omnisciente : pourquoi les jeunes filles lui confient-elles leurs pensées et leurs fantasmes ? Est-elle une manipulatrice ou est-elle digne de confiance et sincère ? Son regard sur ses élèves et leurs mères est dur. Cela est d’autant plus vrai vis à vis d’une élève, Bridget, jugée complètement banale et dont le destin tragique n’offre que peu de larmes, car « après tout elle ne se distinguait en rien ». Le monde de l’adolescence et du théâtre est-il si cruel ?

En fait, il est difficile de s’attacher aux personnages. Même Victoria, la victime de départ semble complètement abstraite et n’a même pas l’air de se sentir concernée par toute l’histoire qu’elle a initiée. Les lycéennes, les étudiants en théâtre, les professeurs, tous semblent participer à la parade, à ce jeu de masques et de faux-semblants, mais on ne sait pas vraiment qui ils sont et si on peut leur faire confiance. Chacun à leur tour, ils évoquent des sujets complexes : le tabou, la perte de l’innocence, la sincérité, la manipulation, la sexualité, le regard des autres, les rumeurs… Tous évoluent dans une atmosphère étrange, sans repères temporels sûrs, et si l’ensemble est fascinant, il n’est reste pas moins déstabilisant.

« La Répétition » d’Eleanor Catton est disponible aux éditions Folio.
432 pages. Février 2013.

Publicités

6 réflexions sur “La Répétition

  1. Peut être que je ne commencerai pas par son premier roman pour la découvrir, même si malgré tes réserves, tu en dis beaucoup de bien. bisous

    • Il faut dire que c’est très spécial. Mais j’en retiens plus l’exercice de style, que le reste. En tout cas, c’est un roman qui ne peut laisser indifférent tant il est complexe et interroge.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s