Fascinante Odalie

fascinante odalieCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Ce matin de 1924, quand Rose Baker, sténo-dactylographe au commissariat du Lower East Side, lève les yeux de sa machine à écrire, elle est saisie par la beauté, l’élégance et le magnétisme de sa nouvelle collègue. Elle n’est pas la seule, car Odalie envoûte tout le monde sur son passage. Pour Rose, jeune femme sans éclat, marquée par la rigueur de son éducation religieuse, cette rencontre signe le début d’une nouvelle vie. Et les deux femmes, pourtant aux antipodes l’une de l’autre, deviennent vite inséparables. Au contact d’Odalie, Rose perd ses repères, renie ses principes, découvre la grande vie et le monde interlope, celui des bars clandestins et des bootleggers. Mais bientôt, la fascination que Rose voue à son amie se meut en véritable obsession et les questions se bousculent : qui est vraiment Odalie ? D’où sort-elle tout cet argent qui lui permet de mener grand train ? Et pourquoi élude-t-elle toutes les questions sur son passé ?

Ne vous fiez pas au titre de ce roman en Français, dont le titre original « The Other Typist » avait plus de sens. D’ailleurs, je dois avouer que je l’avais acheté d’abord en Anglais (vous savez bien que je ne peux pas résister à un roman qui se déroule dans les années 20) avant de me concentrer sur sa version Française (il faudra bien que je me remette à la lecture en VO un jour ;). On y suit Rose Baker, sténo-dactylographe, à la vie sans histoire et sans faste pendant une année qui va changer sa vie. C’est elle qui relate les faits, avec le recul de celle qui veut comprendre ce qui a pu se passer et comment elle a pu se laisser entraîner dans de telles aventures. Car par bribes, on comprend bien que Rose est celle qui va pâtir de son amitié avec Odalie. Et même à la fin, on doute encore : qui est la manipulatrice ? Qui est la manipulée ? A quel point Rose a-elle changé au contact d’Odalie ? L’épilogue offre ainsi un nouveau degré de lecture et laisse même le lecteur dans une certaine expectative.

En ce qui concerne le reste du roman, il faut avouer que cela reste assez plaisant, même si le style est très léger et sans vraiment de reliefs. C’est très descriptif et un peu surfait, mais l’auteur nous entraîne plutôt habilement sans les dessous de la prohibition à New York, avec son lot de légendes urbaines. Qui est Odalie Lazare ? D’où vient-elle ? La demoiselle traîne derrière elle non seulement une nuée d’admirateurs mais aussi de rumeurs. C’est un personnage fascinant, quoique complètement déshumanisé. On a du mal à croire qu’elle existe vraiment et qu’elle puisse avoir autant de charisme, de facilités, de ressources et d’aplomb. Mais après tout, elle vit par le regard fasciné de Rose, heureuse de pouvoir vivre dans le sillage d’un tel personnage et qui se laisse emportée par le luxe et l’insouciance de sa nouvelle existence. Jusqu’à la chute, jusqu’au moment où tous les petits doutes, toutes les situations inhabituelles se font jour. Car derrière le faste et la volupté, il y a des secrets qui ne cherchent qu’à remonter à la surface…

« Fascinante Odalie » de Suzanne Rindell est disponible aux éditions Pocket.
317 pages. Novembre 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s