L’Ouzbek muet et autres Histoires clandestines

l'ouzbek muetCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Il était une fois, dans les années 60 du siècle dernier, des pays où la politique occupait une place primordiale dans la vie des jeunes gens. Au Chili comme ailleurs, le langage était codé et les slogans définitifs. Mais on est très sérieux quand on a dix-sept ans à Santiago du Chili et qu’on s’attaque au capitalisme avec un succès mitigé. On peut monter une opération contre une banque pour financer une école et utiliser toute la logistique clandestine pour trouver du lait en poudre pour empêcher un bébé de pleurer; chanter Blue Velvet en plein hold-up pour que les clients présents dans la banque n’aient pas peur; se tromper d’explosif et rentrer à pied; préférer la musique américaine à la dialectique marxiste pour séduire les filles; apprendre le taekwondo qui rend les Coréens du Nord invincibles et trouver contre leur champion des solutions créatives…

Quel bonheur de lecture que ce recueil de nouvelles ! Souvent ce genre littéraire est un peu frustrant car les nouvelles qui constituent un recueil peuvent être inégales, ne pas nous intéresser, ou la longueur du récit peut nous empêcher de rentrer véritablement dedans. Ici, rien de cela. Du début à la fin, on s’attache aux histoires, à leurs personnages, que l’on rencontre, que l’on suit, et que l’on perd avant de passer aux suivants. Mais on le fait avec une grande délectation, malgré les sujets.

Car Luis Sepulveda évoque le Chili des années 60 avec ses révolutions, ses combattants, ses drames… Mais il en ressort une certaine tendresse et beaucoup d’humour. On sent poindre la nécessité de raconter les choses mais en même temps de s’élever au delà de l’horreur pour noter toutes les petites histoires, tous les petits faits et leurs caractères originaux, maladroits, naïfs, ou encore drôles. On y voit la volonté des hommes de se moquer des difficultés et d’aller au delà, de vouloir créer un monde meilleur avec le peu de moyens qu’ils ont. Mais en même temps qui prouvent toute leur solidarité, tout leur amour pour leur pays et ses hommes, en jouant les Robin des Bois, avec toute leur insouciance et leur désir de liberté.

Ces neuf nouvelles sont une belle invitation à croire en un monde meilleur, où Luis Sepulveda amuse, surprend, touche droit au coeur. Un recueil de nouvelles particulièrement réussi, qui vous entraine à une autre époque, sur un autre continent, mais avec une proximité et un attachement d’une force inouïe. Même si ce genre littéraire n’est pas votre préféré, gageons que Luis Sepulveda saura vous faire changer d’avis !

« L’Ouzbek muet et autres Histoires clandestines » de Luis Sepulveda est disponible aux éditions Métailié.
132 pages. Avril 2015.

Publicités

2 réflexions sur “L’Ouzbek muet et autres Histoires clandestines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s