Les Falsificateurs

les falsificateursCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
C’est l’histoire d’une organisation secrète internationale, le CFR (Consortium de Falsification du réel) qui falsifie la réalité mais dont personne ne connaît les motivations. C’est l’histoire de quelques une des plus grandes supercheries de notre époque : de Laïka, la première chienne dans l’espace, qui n’a jamais existé, de Christophe Colomb qui n’a pas découvert l’Amérique, des fausses archives de la Stasi. C’est l’histoire d’un jeune homme, embauché par le CFR, qui veut comprendre pourquoi et pour qui il travaille. C’est l’histoire d’une bande d’amis qui veulent réussir leur vie, sans trop savoir ce que cela veut dire. C’est, d’une certaine façon, l’histoire de notre siècle.

Quand Galéa a rédigé son article sur ce roman d’Antoine Bello, elle m’a drôlement donné envie de découvrir cette agence secrète qui fait de la falsification de la réalité son crédo pour faire progresser la recherche, mettre en avant des dangers subis par certaines populations… Un monde qu’apprend à connaître le jeune Sliv, nouvelle recrue du CFR. Une jeune recrue qui voit en cette organisation un moyen de s’amuser, de faire preuve d’inventivité, et de découvrir le monde. Mais comme toute organisation secrète, le CFR a ses règles et surtout ses mystères… Que Sliv va découvrir au fur et à mesure.

J’ai aimé cette peinture d’une autre réalité : on découvre en même temps que Sliv les rouages de l’organisation, on croise des personnages haut en couleur, qui auront forcément un rôle à jouer (celui de Lana Thorssen est quelque peu caricatural, mais nous n’allons pas trop nous formaliser là-dessus) et surtout on se prend au jeu. Je regrette simplement certaines longueurs : en effet Antoine Bello s’amuse à nous décrire des scénarii de falsification sur plusieurs pages. Cela est intéressant dans l’intrigue, mais il rentre trop dans le détail (et je dois avouer que je n’ai pas toujours bien compris les desseins du CFR sur certains points). Mais quoi qu’il en soit, on accroche tellement à l’histoire que l’on a hâte d’en découvrir la suite.

Il faut dire que le personnage de Sliv est intéressant et attachant. On le sent prendre de plus en plus confiance, quitte à mériter quelques paires de claques, mais des événements vont le faire changer pour revenir à plus d’humilité. Il évolue d’un point de vue personnel en même temps qu’il évolue au niveau professionnel, avec un sens fort de l’éthique et une belle empathie. C’est un personnage que je vais avoir grand plaisir à suivre dans ses prochaines aventures. Alors un grand merci à ma binomette pour ce chouette cadeau et cette belle découverte !

« Les Falsificateurs » d’Antoine Bello est disponible aux éditions Folio.
592 pages. Mai 2008.

Publicités

4 réflexions sur “Les Falsificateurs

  1. Si l’histoire m’a intéressée, c’est la doctrine derrière qui m’a profondément déplu, l’aspect politique dans la gestion de l’économie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s