Une Vie parfaite

Une vie parfaiteCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Une Vie parfaite
Renoncer à l’alcool, à la cigarette, aux flirts. Voilà ce à quoi s’astreint le jeune Basil Lee afin de mener une vie parfaite et être un exemple pour son entourage. Mais la perfection peut agacer…

L’Accordeur
Luella a tout pour être heureuse : elle est belle, jeune, riche, mariée à un homme séduisant et a un adorable petit garçon. Pourtant elle déteste sa vie et s’apprête à tout quitter quand elle rencontre le mystérieux Dr Moon.

Deux nouvelles au style très différent sont regroupées dans ce petit opus. Si la première montre toute la verve et le second degré de Fitzgerald sur sa génération et les moeurs de son époque, la seconde est, elle, plus grave et plus profonde. Toutes deux semblent grandement s’inspirer de la vie de l’auteur, et montrent bien les deux facettes de celle-ci. D’un côté, on voit le côté clinquant et festif d’une jeunesse qui profite de chaque instant, et juge mal ceux qui ont une façon différente de percevoir les choses et ne se fondent pas dans le même moule. C’est l’occasion pour l’auteur de s’amuser des situations, de jouer double jeu jusqu’à un final pétillant et plein de mordant. De l’autre côté, « L’accordeur » traite de sujets plus graves (la dépression, la perte, l’abandon) et on y perçoit alors des éléments plus troubles de la vie conjugale de Zelda et Scott Fitzgerald.

Dans les deux cas, l’auteur fait preuve d’une superbe plume et gère parfaitement bien les chutes de ses histoires. Ses personnages sont tour à tour attachants, horripilants, secrets, démunis, joueurs… Ils ne laissent en tout cas jamais indifférents, et ne cessent de fasciner. J’aime particulièrement cette double lecture que l’on peut faire de l’oeuvre de Fitzgerald, le fait qu’elle s’inspire souvent de sa propre histoire, et qu’elle soit bien plus profonde que ce que l’on pourrait croire au premier abord. Encore de belles réussites pour Fitzgerald dont l’univers séduit par son atmosphère et sa peinture d’une époque. Forcément à (re)découvrir !

« Une Vie parfaite » de Francis Scott Fitzgerald est disponible aux éditions Folio.
128 pages. Edition de septembre 2005.

« Une Vie parfaite » fait partie de ma sélection pour le Mois Américain, organisé par Martine.

mois américain

Publicités

11 réflexions sur “Une Vie parfaite

  1. Pingback: Le mois américain 2016 – Billet récapitulatif | Plaisirs à cultiver

  2. j’arrive après la tempête mais ravie de t’avoir rencontrée ! je ne voulais pas citer tout le monde dans mon billet, car j’avais peur d’oublier quelqu’un ! mais c’était très sympa de faire ta connaissance ! et F.S forever !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s