Harry Potter et l’Enfant maudit

harry potterCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

« Harry Potter et l’Enfant maudit » débute là où « Harry Potter et les Reliques de la Mort » se terminait : sur le quai 9 3/4 avant le départ du Poudlard Express, 19 ans après la bataille qui a vu Voldemort disparaitre à jamais du monde des sorciers. Harry est désormais marié à Ginny et père de trois enfants, dont Albus, qui s’apprête à fouler les longs couloirs de Poudlard pour la première fois. Pour les fans de la saga, la sortie de ce 8e opus (même sous format théâtral) a de quoi susciter un enthousiasme énorme et une jubilation totale ! Avouez que près de 10 ans après la fin de la saga, quel plaisir à l’idée de retrouver nos héros ! Les accros (dont je fais partie) ont pu se jeter sur la version anglaise dès le 30 juillet. Sur le papier, tout avait ainsi l’air d’un retour du célèbre sorcier réussi. Mais sur le papier seulement…

Car dès le début de l’histoire, quelque chose coince. Peut-être cela est dû au format « pièce de théâtre » auquel nous ne sommes pas habitués. Peut-être parce que je me suis demandée sans cesse « mais comment avec tous ces changements de décor, ce nombre de figurants, ces scènes de magie, réussissent-ils à faire tenir cette pièce sur une scène de théâtre ? ». Mais à vrai dire, en tant que lecteur, ces questions là passent au second plan. Car on s’habitue à la forme du récit pour peu qu’on entre dedans. Or ici, ce n’est jamais vraiment le cas. Je n’ai jamais eu l’impression de retrouver les héros qui m’ont accompagnée pendant mon adolescence et ma vie de jeune adulte. Harry, Hermione et Ron ne ressemblent pas à ceux qu’ils étaient. Pire que tout, Ron est tout simplement ridicule dans la pièce, cela en est totalement blessant. Et surtout leurs attitudes, leurs relations (notamment avec Draco Malefoy ou encore le professeur McGonagall) ne me paraissent pas crédibles. Je ne me suis pas attachée à Albus Potter, le fils d’Harry, autour duquel toute l’histoire se cristallise. J’ai eu envie de lui jeter à la figure toute sa bêtise et son insouciance.

L’intrigue est aussi à remettre en cause : j’ai eu l’impression que cette pièce n’apporte rien de nouveau et ne fait que recycler des passages déjà vus. Ainsi, il est question de Retourneur de temps (et tellement de fois que cela commence à faire un peu cliché), de Polynectar, de Détraqueurs, de Mange-Morts prêts à surgir des ténèbres, et même de Voldemort lui-même (quand on pense qu’on l’a vaincu après tant d’épreuves et d’années, il est encore question de sa menace). Ce parti-pris n’apporte rien de plus, et surtout il ne met pas en avant nos héros de façon positive. Leur descendance, qui a pris le pouvoir ici, n’a pas la même capacité à soulever l’enthousiasme. Et finalement, l’exercice, qui aurait pu être intéressant, est un peu vain. Alors bien sûr au bout d’un moment, on se laisse guider par l’histoire (au bout de 150 pages quand même). Mais on termine le roman, avec cette sensation que l’on aurait préféré laisser la saga de J.K.Rowling sur la note des « Reliques de la Mort ». Et qu’elle aurait dû s’abstenir de passer le flambeau à de nouveaux auteurs, qui ne sont (pour moi) pas à la hauteur de cette tâche. Mais peut-être en attendais-je beaucoup trop.

« Harry Potter et l’Enfant maudit » de J.K.Rowling, John Tiffany et Jack Thorne est disponible aux éditions Gallimard Jeunesse.
360 pages. Octobre 2016.

Publicités

7 réflexions sur “Harry Potter et l’Enfant maudit

  1. Je n’ai jamais lu HP donc .. je passe mon chemin ! oh j’ai pensé à toi sinon car sur Instagram un amoureux des livres a posté une photo de tous ses livres de F.S Fitz ! mais je ne coir pas que tu as un compte IG ?

  2. Ah comme je suis triste et déçue de lire ton billet :( je l’ai acheté samedi et je ne m’attendais pas à être potentiellement déçue. Comme toi, je suis une grande fan de HP alors je risque aussi de ne pas trouver celui-ci à la hauteur.

    • Franchement, je suis déçue, j’avais tellement envie de l’aimer. Je suis comme toi, fan de HP depuis si longtemps que je ne pensais pas qu’une telle déception était possible. #raaaaaaah

  3. Ton billet reflète exactement ce dont j’avais peur quand j’ai entendu parler d’un « nouveau » HP en version pièce de théâtre..bref, merci pour ton avis, cela m’évitera de perdre du temps et de pester en le lisant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s