L’Orangeraie

l'orangeraieAmed et Aziz sont frères jumeaux. Ils ont à peine neuf ans qu’ils font face depuis des années à une guerre qui sévit dans leur pays. Et dans la maison, où ils vivent avec leurs parents, entourée d’une orangeraie, il n’y a pas de place pour la paix. Leurs grands-parents viennent en effet de trouver la mort, sous les bombes. Pour venger leur mort, un des chefs de la région demande au père des deux enfants d’en sacrifier un. Il sera un enfant soldat et martyr, mais permettra de vaincre cet ennemi qui vit derrière les montagnes. Comment faire ce choix impossible ? Et comment vivre avec ? 

« L’Orangeraie » est une tragédie en 3 actes. Un texte court mais puissant, cruel, et tout en pudeur et en demi-mots. Où la folie des hommes est telle que le sacrifice d’un enfant n’est que fierté pour son père et ses pairs. Un monde où l’embrigadement et la manipulation sont tellement forts que les actes les plus absurdes ne sont pas remis en question. Où la recherche de la vérité n’a pas sa place. Où la confiance aveugle entraine le désespoir le plus complet. Mais au nom de quoi ? Difficile de parler de ce roman tant il hante. De par son sujet, les questions qu’il pose, les héros qu’il met en scène, le ton qu’il emploie.

Ce livre est un crève-cœur parce qu’il montre aussi l’amour fraternel dans ce qu’il a de plus beau et de plus pur. Parce qu’il met en avant des enfants, loin d’être conscients de la réalité du monde et de la mort. Des frères qui se protègent mutuellement, mais qui doivent aussi apprendre le mensonge, la dissimulation et l’horreur derrière des promesses fallacieuses. Un texte coup de poing qui évoque le pire. Mais qui l’écrit de façon subtile, sans grandiloquence, sans exagération. Larry Tremblay ne cherche pas à se mettre en avant, à en faire trop. Son sujet est déjà suffisamment terrible. Il l’enveloppe d’une  certaine poésie, laissant à son lecteur le soin d’imaginer et de remplir ce qu’il ne décrit pas. Un indispensable !

« L’Orangeraie » de Larry Tremblay est disponible aux éditions Folio.
151 pages. Mai 2016.

Publicités

3 réflexions sur “L’Orangeraie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s