Les Règles d’Usage

les règles d'usageSeptembre 2011. Wendy, 13 ans, vit à New York avec sa mère, Janet, son beau-père Josh et son petit-frère Louie. Ce matin du 11 septembre, alors qu’elle est en retard pour le collège, lui reste en tête sa dispute avec sa mère. Cette dernière lui a refusé son voyage chez son père en Californie car elle ne souhaitait pas qu’elle manque les cours. Elle quitte l’appartement familial sans lui dire au revoir. Sans se douter qu’elle ne la reverra plus jamais, et que c’est toute sa vie qui va être bouleversée.

Joyce Maynard évoque les traumatismes du 11 septembre et la vie d’une jeune fille de 13 ans dans ce roman d’apprentissage délicat et touchant. Comme toujours, l’auteur se met parfaitement dans la peau d’une adolescente, nous la rendant parfaitement humaine et identifiable. Elle s’est même servie de sa vie personnelle (et de ses enfants) pour être plus crédible dans les attitudes, les remarques de Wendy. Elle crée également un microcosme familial autour de la jeune fille, qui là encore fait mouche par sa justesse. Le petit Louie et son père Josh sont particulièrement attachants et bien campés, et leurs paroles ou lettres m’ont même donné à plusieurs reprises les larmes aux yeux.

Joyce Maynard navigue ici entre passé et présent pour reconstituer le parcours de Wendy. L’avant drame et l’après. Entre New York et la Californie, la jeune fille redécouvre qui elle est, ce qu’elle souhaite et laisse ses pas la guider vers un avenir incertain. Elle est accompagnée dans ce processus de (re)construction par son père et sa belle-mère, mais aussi un libraire (et donc le monde des livres, avec notamment Anne Frank ou encore Franckie Addams), une fille-mère, un jeune skateur sans abri… Chacun vit avec un poids sur ses épaules, et l’envie d’avancer et de se construire un futur meilleur. L’auteur n’évite pas quelques facilités (notamment un réveillon de Noël un peu trop mielleux pour être vrai). Mais pourtant, difficile de lui en tenir rigueur. Avec fluidité et simplicité dans l’écriture, Joyce Maynard tricote son histoire et montre une nouvelle fois encore qu’elle n’est jamais aussi douée que lorsqu’elle décrit et décrypte les relations humaines. Un très beau roman !

« Les Règles d’Usage » de Joyce Maynard est disponible aux éditions Philippe Rey.
471 pages. Septembre 2016.

Publicités

10 réflexions sur “Les Règles d’Usage

  1. Contente que tu l’aies aimé aussi ! oui le roman est si « gentil » qu’il peut parfois agacer mais en même temps elle est toujours aussi douée pour traiter des relations parents-enfants et le petit Louis … Joli billet en tout cas !

  2. Je vois que toi non plus tu n’es pas fan de certaines scènes trop « faciles ». Moi, c’est l’arrivée trop simple et rapide de certains personnages que j’ai trouvé dommage. En revanche, cela ne m’a pas gâché le plaisir de la lecture pour autant. Je ne connaissais pas Joyce Maynard avant ce roman et je suis très contente de l’avoir découverte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s