Les Eclaireurs

leseclaireursCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
C’est l’histoire de Sliv, agent spécial du CFR (Consortium de Falsification du Réel), qui veut comprendre pour quoi et pour qui il travaille. C’est l’histoire d’une organisation secrète internationale, qui tente d’influer sur l’histoire des hommes, et dont l’existence est brutalement remise en cause un certain 11 septembre 2001. C’est l’histoire de Youssef, tiraillé entre sa foi et son amitié; de Maga, jeune femme moderne que son mariage précipite dans une famille d’intégristes; de Lena, dont la rivalité professionnelle avec Sliv cache peut-être des sentiments d’une autre nature. C’est l’histoire d’une grande nation, les Etats-Unis, qui trahit ses valeurs quand le monde a le plus besoin d’elle. C’est, d’une certaine façon, l’histoire du siècle qui vient.

Dans ce deuxième opus, nous retrouvons avec grand plaisir Sliv, qui a gagné en maturité et en confiance (mais cette fois-ci, dans le bon sens), et qui cherche à connaitre davantage le dessein du CFR. Car après les terribles attentats du 11 septembre 2001, se dessine une certaine responsabilité pour l’organisation. Celle-ci est en effet à l’origine de la puissance d’Oussama Ben Laden et d’Al Quaïda, et se retrouve face à un traître au sein même de ses murs, bien décidé à mener les Etats-Unis à la guerre contre l’Irak… Rien que cela ! Antoine Bello s’immisce dans les peurs les plus actuelles de notre civilisation, et questionne sur les responsabilités des gouvernements, des populations, du pouvoir de l’information et de la désinformation. C’est malin, prenant, et cela nous pousse à nous interroger. Sous peine bien évidemment que l’on adhère à ce discours. Par forcément toujours très subtil. Pêchant une nouvelle fois par une volonté de tout expliquer, Bello en vient même parfois à emberlificoter et à étirer son récit, quitte à perdre son lecteur. Mais il n’empêche que le propos est toujours intéressant et qu’il est une nouvelle fois difficile de lâcher la suite des « Falsificateurs ».

De par son intrigue, le roman gagne en profondeur. Parce que les personnages semblent également plus aboutis. Et que le temps de « l’amusement » pour Sliv est désormais terminé. Ici, notre héros est confronté à des crises de conscience beaucoup plus importantes, et il s’interroge davantage sur le rôle de cette organisation pour laquelle il travaille depuis une dizaine d’années. On le sent prendre du galon, faire davantage confiance à son intelligence (et il est loin d’en manquer, tant de personnes ambitieuses et intelligentes dans un même roman, cela a de quoi donner le tournis). On entre dans les secrets du CFR, et il n’est pas à douter que l’on ira encore plus loin dans le dernier chapitre de la saga. Même si pour ma part, j’ai été quelque peu déçue par les révélations finales. J’ai eu des difficultés à croire en leur pertinence, et comme pour les « Falsificateurs », il n’est pas forcément très aisé de comprendre tous les points du récit. Mais il n’en reste pas moins que l’on a hâte de découvrir l’épilogue des aventures de Sliv, et que l’on tourne les pages avec toujours autant d’impatience !

« Les Eclaireurs » d’Antoine Bello est disponible aux éditions Folio.
496 pages. Septembre 2010.

Publicités

5 réflexions sur “Les Eclaireurs

      • il y a des auteurs que « je loupe » inconsciemment mais mon ma PàL énorme y joue pour beaucoup !

      • très bien ! moi début d’année un peu raté , disons que j’étoffe ma PàL avec des livres en anglais ;-) mais je suis mon programme de lecture pour la faire baisser !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s