Un dernier Verre avant la Guerre

un dernier verrePatrick Kenzie et Angela Gennaro sont amis depuis l’enfance et se sont associés dans les affaires. Leur métier : détectives privés. Leur terrain de jeu : Boston, et particulièrement le quartier de Dorchester, où ils ont leurs bureaux, situé dans l’ancien clocher d’une église. Leur particularité : un humour noir et désabusé, face à un quotidien fait d’histoires sordides, de meurtres et de violences. Mais quand deux sénateurs font appel à eux pour retrouver une femme de ménage qui a volé des documents confidentiels, ils se disent qu’il s’agit d’un simple « retrouver-appeler ». Retrouver la personne disparue et prévenir ceux qui la recherchent. Point barre. Mais ce qu’ils vont découvrir va bien au delà d’une disparition…

Premier épisode des aventures de Kenzie/Gennaro, « Un dernier Verre avant la Guerre » place nos deux héros face à une guerre des gangs, à des questions politiques et raciales au sein de Boston. Dans ce cocktail détonnant, Dennis Lehane propose un polar de haute volée, aussi bien au niveau de l’intrigue que de la narration. Il ne s’agit pas ici de créer un suspense autour de la recherche d’un certain meurtrier : les différents clans sont connus assez vite. Mais il n’empêche pas une tension de se mettre en place tout au long du récit. Un récit noir, qui pose de nombreuses questions de société et n’hésite pas à appuyer là où cela fait mal. Lehane ne fait pas dans le politiquement correct, il ne fait pas dans le manichéen non plus. Ses personnages gravitent dans un monde de violence, et cette dernière ne tarde pas à se déchaîner davantage avec son flux de haine. Et il faut tout le talent de Dennis Lehane pour ne pas aller jusqu’à l’overdose (même si comme souvent dans ses polars, il n’évite pas les scènes qui sont à la limite de la crédibilité, mais difficile de lui en vouloir).

Car son roman brille aussi par son ton : j’aime particulièrement les joutes verbales de Kenzie et Gennaro, leur regard désabusé sur le monde, les piques qu’ils envoient à leurs interlocuteurs, qu’ils soient flics ou gangsters. La relation de nos deux personnages principaux est ambiguë et complexe : amis depuis l’enfance, ils ont fait leur vie sentimentale chacun de leur côté. Si Patrick est clairement amoureux d’Angie depuis des années, cette dernière est mariée à un de leurs amis d’enfance. Et malgré la maltraitance qu’elle subit dans son foyer, on sent bien qu’elle n’est pas encore prête à prendre le large (rappelons qu’il s’agit du 1er opus de la série, tout n’est pas encore figé, même si, bien sûr, on voit se dessiner ce qu’il adviendra plus tard). Kenzie et Gennaro sont deux cœurs meurtris (ici Kenzie décrit également son enfance et ses relations avec un père pompier, grandement estimé, surnommé Le Héros, mais qui, à l’abri des regards n’hésitait pas à battre son fils), mais ils ont une force de caractère hallucinante. Et un capital sympathie énorme (oserais-je avouer que ce sont mes personnages de polars préférés ?). Les autres personnages du roman sont également très bien travaillés, et on apprend à les découvrir, eux qui réapparaitront dans les prochains épisodes.

Pour une première incursion dans le monde de Kenzie/Gennaro, « Un dernier Verre avant la Guerre » est une vraie réussite. Le roman donne envie de (re)découvrir immédiatement toute la série. Qui est, pour moi, une des meilleures que l’on puisse trouver dans le genre (et je rage encore intérieurement du final, bâclé et décevant, de leur 6e et dernière aventure). Alors pour les 3 ans du blog (youpi), je ne pouvais pas ne pas parler d’un de mes auteurs et personnages chouchou (et avouez que cela vous change des articles anniversaire sur Audrey Hepburn :)

« Un dernier Verre avant la Guerre » de Dennis Lehane est disponible aux éditions Rivages / Noir.
343 pages. Janvier 2001.

Publicités

3 réflexions sur “Un dernier Verre avant la Guerre

  1. Ravie que tu aies aimé ! Je les ai lus en anglais il y a fort fort longtemps et je voulais les relire (ils me manquent ..) j’ai revu l’adaptation ciné mais bon… en tout cas beau billet ! et ils vont ressortir de ma bibli je le sens !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s