Brooklyn

brooklynCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Enniscorthy, sud-est de l’Irlande, années 1950. Comme de nombreux jeunes de sa génération, Eilis Lacey, diplôme de comptabilité en poche, ne parvient pas à trouver du travail. Par l’entremise d’un prêtre, sa sœur Rose obtient pour elle un emploi aux États-Unis. En poussant sa jeune sœur à partir, Rose se sacrifie : elle sera seule désormais pour s’occuper de leur mère veuve et aura peu de chance de se marier. Terrorisée à l’idée de quitter le cocon familial, mais contrainte de se plier à la décision de Rose, Eilis quitte l’Irlande. À Brooklyn, elle loue une chambre dans une pension de famille irlandaise. Au début, le mal du pays la submerge, la laissant triste et solitaire. Puis, peu à peu, elle s’attache à la nouveauté de son existence. Dans ce rythme entre monotonie rassurante et nouveautés excitantes, Eilis trouve une sorte de liberté assez proche du bonheur. Et quand Tony, un Italien tendre, sérieux et très amoureux, entre dans sa vie, elle est convaincue que son avenir est tout tracé : elle deviendra américaine. Mais un drame familial l’oblige à retraverser l’Atlantique pour un séjour de quelques semaines en Irlande. Un nouvel avenir l’attend dans la bourgade de son enfance : un homme prêt à l’épouser, un travail. Deux pays, deux emplois, deux amours. Les possibilités inconciliables déferlent sur Eilis, lui infligeant cette petite mort que suppose l’impératif des choix.

L’an dernier, j’avais découvert l’histoire d’Eilis Lacey, grâce à l’adaptation cinématographique de « Brooklyn » (voir bande-annonce ci-dessous), aussi je connaissais déjà le déroulé du roman de Colm Toibin. J’ai donc commencé ma lecture sans m’attendre à être surprise. Et je dois avouer que le film est plutôt fidèle au livre : j’ai donc, en grande partie, passé un bon moment. L’auteur se plonge dans la tête d’Eilis pour faire le pont entre deux pays, deux modes de vie, et mettre en lumière une jeune femme à l’heure des choix. La plume de Colm Toibin ne m’a pas plus convaincue que cela, tout comme parfois les attitudes de son héroïne. Je dois admettre qu’elle m’a parfois agacée, voire même déçue dans son comportement (notamment vis à vis de Tony). J’ai parfois eu la sensation qu’Eilis (comme dans le film, mais cela transparait bien plus ici), est incapable de prendre des décisions et se laisse porter par les autres. Comme si elle ne faisait que ce que les autres attendaient d’elle, et qu’elle n’était alors pas à l’aise avec ses sentiments et le comportement que son cœur pourrait lui dicter.

L’héroïne ne m’apparait pas alors comme le personnage le plus attachant du roman. J’ai, par exemple, préféré Tony, dont l’énergie, l’humour et la tendresse m’ont bien davantage conquise. Bien plus que Jim (deuxième prétendant d’Eilis), qui semblait bien trop parfait pour sembler si réel… et qui manquait d’aspérités. J’ai aimé les personnage de Mme Kehoe, qui cache un coeur tendre derrière son comportement autoritaire, ou encore du Révérend Flood, plein de bienveillance et d’empathie. J’ai aimé me laisser porter par tout ce petit monde dans le Brooklyn des années 50, qui fait face à de nouvelles mutations. Est mis en avant, bien évidemment, le sujet de l’immigration, mais également aussi celui du racisme. Pour autant, comme sur de nombreux sujets, Eilis reste de nouveau très effacée, elle observe et ne prend pas parti, comme si elle était l’ombre d’elle-même. Dommage.

« Brooklyn » de Colm Toibin est disponible aux éditions 10/18.
336 pages. Octobre 2012.

« Brooklyn » a fait l’objet d’une adaptation cinématographique, par John Crowley, particulièrement remarquée aux Oscars l’an dernier. Sorti le 9 mars 2016 en France, le film a fait peu de bruit, mais se révèle être un divertissement de qualité, avec de belles interprétations et un bel équilibre entre le drame, l’émotion et l’humour.

Publicités

4 réflexions sur “Brooklyn

  1. Je voulais lire le livre avant de voir le film et résultat : aucun des deux ! en fait, je crois que l’histoire ne m’intéresse pas vraiment et le fait que tu n’apprécies pas la torpeur de l’héroïne me confirme de passer mon chemin !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s