Celle qui fuit et celle qui reste

lamie-prodigieuse-3A la fin des années 60, Elena, qui a écrit un roman à succès, recroise Nino, celui qu’elle a toujours aimé, pour mieux le perdre à nouveau. Elle ne s’est jamais remise de la liaison de ce dernier avec son amie Lila, dont un fils, Gennaro, est né. Si Elena poursuit son parcours et se fiance avec Pietro, un professeur d’université, elle n’oublie pas sa ville de Naples et tous les siens qui y vivent. Même si elle fuit à Florence pour se construire une nouvelle vie, le passé la rattrappe sans cesse. Tout comme l’histoire de l’Italie, entre montée des mouvements contestataires et lutte des classes. Sans compter qu’Elena découvre ce que signifie être femme et mère et les sacrifices qui en résultent dans un pays en pleine mutation. 

Elena Ferrante signe avec « Celle qui fuit et celle qui reste » le troisième opus de l’histoire napolitaine d’Elena et Lila. Après leur enfance et leur adolescence, elle s’intéresse cette fois-ci à leur vie de femmes, tout en englobant son récit dans le contexte de l’Italie des années 60-70. La violence des quartiers pauvres de Naples s’élargit à un mouvement plus national. Entre lutte des classes, montée du fascisme, règlements de comptes et percée du féminisme, le roman prend un tour beaucoup plus politique. Un tour dans lequel Lila et Elena sont embarquées, chacune à leur manière. Si le personnage de Lila me reste toujours autant antipathique et toxique, je prends grand plaisir à suivre Elena qui se dévoile davantage dans cet épisode. On la suit dans ses tourments de femme et d’auteur, et on lui souhaite plus d’émancipation, pour pouvoir se libérer du carcan dans lequel elle s’est enfermée malgré elle.

Une nouvelle fois, Elena Ferrante fait preuve d’une belle psychologie et d’une grande maîtrise pour raconter la vie de ses personnages. Rien n’est manichéen, et l’auteur surprend par sa précision des comportements et des faits. Son style se teinte ça et là de brutalité, pour mieux démontrer la violence verbale et physique vécue par ses personnages. On sent son écriture se fondre dans la personnalité d’Elena : même si cette dernière souhaite parler un Italien parfait et distingué ; dans ses moments de rage, c’est le dialecte napolitain qui reprend le dessus. Elena est un personnage complexe et passionnant, et la deuxième partie du roman qui la met bien davantage en avant m’a beaucoup plus intéressée que le début, qui suivait en grande partie Lila. Il faut dire que dans cette amitié faite d’amour et de haine, j’ai depuis longtemps choisi mon camp ;) Et j’ai hâte d’en découvrir le dénouement (en librairie en janvier 2018) !

« Celle qui fuit et celle qui reste » d’Elena Ferrante est disponible aux éditions Gallimard.
480 pages. Janvier 2017.

Publicités

9 réflexions sur “Celle qui fuit et celle qui reste

  1. N’ayant pas du tout accroché au premier, je ne peux pas me prononcer mais je suis ravie de voir que tu es toujours aussi ravie de ta lecture :-)

    • Celui-ci est certainement celui qui m’a le moins convaincue, mais je trouve que l’ensemble continue de très bien tenir la route, et garde vraiment sa part de mystères quant à la suite !

      • tant mieux ! j’ai lu deux premiers volumes de deux trilogies ces derniers jours, et j’espère ne pas être déçue par la suite !

  2. Je me suis arrêtée au premier mais j’aime bien, grâce à vos billets, lire ce qui se passe ensuite. Moi, j’avais choisi le camp de Lila (mais peut-être que son personnage devient moins sympathique ensuite).

    • Oui, j’avoue que moi j’ai toujours préféré Elena et que là mon avis est plus que jamais conforté (ça avait déjà été le cas dans le 2e, où je n’avais pas apprécié le comportement de Lila). On verra ce qu’il en sera dans le 4e et dernier opus :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s