Après l’Incendie

Diana Cooke est née en 1900 dans l’une des familles les plus prestigieuses de Virginie. Mais une famille sans argent, que seule Diana peut sauver de la ruine en faisant un beau mariage. Lors de sa tournée des bals de débutante, à la fin de la première guerre mondiale, elle rencontre le Capitaine Copperton. Richissime mais sans titre et sans véritable éducation, il est sa porte de sortie. Si les premiers instants de leur histoire sont passionnés, Diana sait pourtant qu’en l’épousant, elle fait la plus grosse erreur de sa vie… Mais qu’elle sauve sa famille, et leur majestueuse propriété : Saratoga.

Robert Goolrick fait partie de ces auteurs à la plume d’une infinie beauté, et dont les textes nous font entrer dans un univers, fait de couleurs, de gestes, et même d’odeurs. Une explosion de sensations dans un style d’une élégance rare, parfaitement retranscrit par sa fidèle traductrice, Marie de Prémonville. Rien que pour leur écriture, les romans de Goolrick sont à découvrir. Mais bien sûr, ce n’est pas tout. Car, derrière, se cachent des histoires, à la fois belles et tristes, d’une grande mélancolie, d’une certaine langueur aussi, mais le charme opère à chaque fois. Goolrick n’a pas son pareil pour rendre ses personnages attachants et faire vibrer leurs cœurs fragiles dans les pages de ses romans. « Arrive un Vagabond » et « La Chute des Princes » sont ainsi des coups de cœur pour moi (je n’ai pas supporté « Féroces », beaucoup trop difficile et dérangeant pour moi, d’autant plus que le texte est autobiographique). « Après l’Incendie » n’en est pas un, et pourtant j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. En effet, le roman pâtit d’un ventre mou en son milieu, qui fait la part belle à de nombreuses redondances. On a l’impression que l’auteur remplit les mêmes pages, avec style certes, mais qu’il ne fait pas avancer son roman. Et pourtant le début était une magnifique promesse, avec ce personnage virevoltant et fort qu’est Diana Cooke. Heureusement, elle ne perd jamais de son aura, et la fin saura lui redonner toute sa force et sa fougue.

Diana Cooke est celle qui maintient le roman et l’ensemble des autres personnages soudés. Son histoire, tout comme celle de sa famille, est faite de grandeur et de déchéance. La demeure dans laquelle elle vit, Saratoga, est le luxe incarné, avant de dépérir. C’est le cœur du roman. C’est le lieu où se joue le nœud de l’intrigue. C’est à la fois un honneur et une malédiction pour la famille Cooke. Dont Robert Goolrick s’empare sur plusieurs décennies, l’inscrivant dans chaque époque. Même si certains épisodes auraient mérité d’être davantage développés, comme par exemple le cas de l’esclavage aux Etats-Unis qui est peu appuyé alors qu’il semblait être un élément principal de la quatrième de couverture. Les personnages de Clarence et de Priscilla, fidèles serviteurs de Diana, restent très en retrait, alors qu’ils auraient pu être davantage fouillés. Mais peut-être Goolrick n’a-t-il pas souhaité trop s’éparpiller dans son récit, et se concentrer sur son intrigue principale. Une intrigue qui n’en reste pas moins complexe, notamment dans ses relations entre les différents personnages, et dont Goolrick capte une nouvelle fois très bien la psychologie. Malgré quelques longueurs et répétitions, « Après l’Incendie » confirme une nouvelle fois le talent et l’élégance de Robert Goolrick.

« Après l’Incendie » de Robert Goolrick est disponible aux éditions Anne Carrière.
348 pages. Février 2017.

Publicités

5 réflexions sur “Après l’Incendie

  1. J’adore les romans qui se déroulent dans le sud des Etats-Unis. J’avais adoré lire Autant en emporte le vent il y a quelques années :) Je n’ai jamais lu Goolrick et ce que tu dis de cet auteur me donne très envie de le découvrir. Alors même si tu n’as pas eu un coup de coeur pour ce roman, je me dis pourquoi pas ?!

  2. oh toi aussi ! Hélène vient aussi de signer un billet très positif ! j’ai lu un roman de Goolrick que je n’avais pas du tout aimé (le titre m’échappe..) j’ai quand même acheté Arrive un vagabond vu l’enthousiasme donc je me dis que je me dois de lui donner une deuxième chance :-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s