Prête à tout

Prête à toutCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Jeune, belle, mariée à un homme qui la vénère, installée dans une jolie maison, Suzanne Maretto ressemble à ces filles trop parfaites des magazines. Mais elle veut davantage, elle veut la célébrité. Isolée dans une petite ville de province, Suzanne décide que la télévision sera son royaume et, à force de persuasion, obtient un petit poste dans la station locale. Quand son époux est retrouvé mort, la veuve éplorée, point de mire des caméras, devient rapidement suspecte. Alternant les témoignages, le roman tisse avec brio les voix de Suzanne et de son entourage. Enigmatique, capricieuse, la jeune femme est-elle pour autant l’arriviste perverse que certains dénoncent ? Où est le vrai dans ce que raconte Jimmy, son admirateur adolescent ? Jusqu’où est-elle disposée à aller pour atteindre cette renommée si convoitée ?

Ambition, argent et sexe : tels sont les moteurs des personnages de ce livre, écrit par Joyce Maynard en 1990. Il a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation cinématographique de Gus Van Sant quelques années plus tard (ressorti il y a deux ans, à l’occasion de la réédition du roman), porté par Nicole Kidman dans le rôle de la sulfureuse Suzanne Maretto (l’auteur l’avait d’ailleurs évoquée, quand son héroïne imaginait des actrices pouvant l’incarner à l’écran). Et il faut admettre que 25 ans plus tard, les sujets mis en avant dans « Prête à tout » sont plus que jamais d’actualité. Comme le souligne elle-même Joyce Maynard dans sa postface, à l’heure de la TV réalité, mais surtout des médias sociaux, chacun est prêt à réclamer son quart d’heure de célébrité, à se mettre en avant pour n’importe quel motif, quels que soient le lieu et l’heure. Bien sûr, pas avec les mêmes excès que Suzanne Maretto. D’ailleurs, cette dernière est-elle prête à sacrifier son époux sur l’autel de la gloire et de l’ambition ? Juste pour être mise en lumière pendant l’enquête alors que tous les yeux sont braqués sur elle ? Quand tous sont à la recherche de la vérité et qu’elle seule semble pouvoir les y amener ?

C’est en tout cas tout le sujet du roman, et toute l’ambiguïté servie par le personnage principal. Car Joyce Maynard construit sa narration comme des interviews (ou même comme des interrogatoires de police), où chacun des protagoniste s’exprime sur l’affaire. Si le langage est parlé et que l’auteur s’adapte vraiment à l’attitude, au vocabulaire de chacun pour être crédible (et c’est très réussi), cela ne détériore pas la qualité de l’ensemble. Le passage des uns aux autres se fait avec une belle fluidité, et on appréciera une nouvelle fois chez Joyce Maynard sa finesse psychologique et son attachement à la compréhension des comportements et des relations. Manipulateurs, aveuglés par l’amour, lucides, vengeurs… les personnages font valoir leur vision et brouillent les pistes. Pour arriver à une conclusion qui se voudra cynique, et qui ne manquera pas de faire sourire.

Pour autant, en lisant ce livre, je n’ai pu m’empêcher de penser que le synopsis pouvait parfois sembler un peu léger, et que la crédibilité de toute l’histoire pouvait facilement être démontée. En effet, le désir de réussite de Suzanne la rend-t-il assez aveugle pour ne pas considérer que son plan machiavélique ne peut que se retourner contre elle ? Et puis bien sûr, parfois on a l’impression de tourner un peu en rond, tant les mêmes sujets sont évoqués. Le roman aurait mérité de moins s’étendre. Mais il faut bien admettre que l’ensemble est malin et bien ficelé. Et qu’il donne envie de revoir  le film (dont je me rappelle particulièrement bien la scène finale, même 15 ans plus tard !).

« Prête à tout » de Joyce Maynard est disponible aux éditions 10/18.
403 pages. Mai 2016.

Publicités

4 réflexions sur “Prête à tout

  1. ah oui le film ! Je suis fan totale de Van Sant donc je m’étais précipitée au cinéma et oui très marquant ! j’ai le livre dans ma PàL – j’ai presque tout lu de Maynard mais ayant vu le film, je traine pour le lire le livre. Mais finalement l’idée n’est pas mauvaise : lire le livre et revoir le film (pauvre Matt Damon …)

    • Je trouve que Maynard a vraiment un truc pour décrire l’âme humaine. Et son récit est vraiment bien mené, c’est un bon complément au film (Matt Dillon, non ?) pour ceux qui ont peur d’être déçus par le roman, surtout quand cela fait longtemps qu’on l’a vu. Après il y a quelques faiblesses, mais honnêtement, elle est vraiment très forte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s