Des Anges dans la Neige

des-angesPennsylvanie, hiver 1974. Arthur Parkinson a 14 ans et fait face au divorce de ses parents. Il traine avec son ami Warren en dehors des cours et de la fanfare, tombe sous le charme de sa nouvelle voisine Lila, se mure dans le silence face à des adultes qu’il peine à comprendre, fuit le domicile maternel en enchainant les petits boulots. Mais lors de cet hiver, les moments qui resteront gravés dans sa mémoire, et qu’il cherchera à comprendre une fois adulte, sont liés à Annie Marchand. Cette jeune femme, a priori sans histoire, est en effet abattue de sang froid par son époux. Quelles sont les circonstances qui ont conduit un homme à commettre l’irréparable ?

Premier livre de Stewart O’Nan, « Des Anges dans la Neige » a fait l’objet d’une réédition plus de 20 ans après sa sortie par les Editions de L’Olivier. Dans ce roman, l’auteur évoque les relations humaines, les drames de la vie, la fin de l’innocence, dans une petite bourgade noyée sous la neige. Un roman qui vaut pour son atmosphère, et qui dépeint particulièrement bien des individus enfermés dans leur existence ordinaire, avec honnêteté et pudeur, sans jugement de la part de l’auteur. O’Nan évoque ces destins fragiles, ces êtres malmenés par la vie, incroyablement humains et complètement faillibles. Il n’y a pas de grandiloquence dans ce roman, simplement une peinture d’une Amérique profonde, face à ses drames. On y suit ainsi une famille brisée par le divorce, une mère célibataire qui cherche à joindre les deux bouts, un père fragile et en pleine rédemption, des adolescents qui se cherchent, des parents qui s’inquiètent pour leurs enfants, des amies qui se trahissent, des amants qui s’éloignent…

C’est un roman sobre et touchant que nous offre O’Nan. Un premier essai littéraire qui montre toute la finesse de l’auteur pour décrire les relations humaines, et mettre en avant des personnages en perdition. Il y fait preuve d’une belle psychologie, sans chercher à donner le bon ou le mauvais rôle à ses personnages. En évitant tout manichéisme et tout clinquant, il ancre son roman dans un réalisme oppressant et silencieux. Son écriture est fluide, et même si le drame final qui se noue est connu d’avance, il sait positionner ses pions pour surprendre le lecteur. Il crée ainsi de vrais moments de tension à plusieurs reprises, entre Annie Marchand et son époux Glenn, ou bien avec leur fille Tara, avant de revenir à une normalité toute relative, compte tenu des circonstances. C’est une belle réussite, avec une trame dramatique puissante et une forte humanité.

« Des Anges dans la Neige » de Stewart O’Nan est disponible aux éditions de L’Olivier.
288 pages. Août 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s