Une Année studieuse

uneanneestudieusePetite-fille de François Mauriac, Anne Wiazemsky est une jeune fille passionnée de philosophie et de cinéma. Un jour de 1966, elle envoie une lettre enflammée à Jean-Luc Godard, aux Cahiers du Cinéma. Lequel lui répond, souhaitant même la rencontrer. Les deux jeunes gens ne tardent pas à tomber amoureux, et à vivre leur histoire, en dépit de leur différence d’âge et de milieu.

Dans ce récit autobiographique, Anne Wiazemsky évoque ses souvenirs de jeunesse ayant trait à sa rencontre et à sa relation avec Jean-Luc Godard. Elle fait revivre ainsi sous sa plume la vie d’une jeune fille dans les années 60, entre études, amitié et amour. Un amour contrarié qui ne convient pas à sa famille, et où elle évoque alors les frustrations et les blessures qui en découlent. Une histoire d’amour qui lui permet également de mieux découvrir le monde du 7e art et de rencontrer nombre de grands noms (notamment François Truffaut ou Jeanne Moreau), et où la jeune Anne peut aussi s’extasier de cette aventure.

« Une Année studieuse » met bien évidemment en avant Jean-Luc Godard lui-même et ses nombreuses facettes : homme attendri et amoureux avec Anne, homme facétieux avec les journalistes à Avignon, homme parfois violent avec ses équipes de tournage et les paparazzi. Pas forcément évident de raconter le grand homme de cinéma de cette façon, sans décevoir ses admirateurs.

Si le roman en lui-même est intéressant parce qu’il permet de faire revivre une époque et d’aller dans les coulisses d’un univers, je ne me suis pas non plus sentie emportée par la plume et l’histoire d’Anne Wiazemsky. J’ai trouvé que le récit était trop nombriliste, et manquait d’aspérités (aussi bien sur le fond que la forme). Il aurait pu gagner en profondeur, d’autant plus que l’auteur a plus de recul sur la situation aujourd’hui : elle aurait pu en jouer, plutôt que de raconter son histoire à la manière d’un journal d’adolescente. Il fut certes plutôt plaisant à lire, et même si les situations et les personnages sont réels, je me suis sentie peu concernée par leur sort. « Une Année studieuse » fut pour moi une première percée dans l’univers d’Anne Wiazemsky. Je ne suis pas certaine que cela me donne envie d’en découvrir plus, car d’autres auteurs se sont essayés à l’autobiographie et à l’introspection avec plus de talent et d’universalité.

« Une Année studieuse » d’Anne Wiazemsky est disponible aux éditions Folio.
288 pages. Novembre 2013.

Publicités

5 réflexions sur “Une Année studieuse

  1. L’histoire me tente beaucoup, je suis fasciné par cette époque et le cinéma de cette période mais ce que tu dis par rapport au manque de profondeur me freine un peu. A voir donc ce que j’en pense =)

    • C’est le premier roman d’elle que je lisais. Pas sûre d’avoir bien choisi, car pour le moment, cela ne m’a pas donné envie d’en découvrir d’autres (et puis je suis encore en plein dans mon objectif PAL ;)

      • Bien ! Ton objectif est de la faire diminuer comme moi ? J’ai respecté mon objectif en juillet ! Ouf 😅

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s