Auprès de moi toujours

auprès de moi toujoursCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Kathy, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham dans les années 90, une école idyllique dans la campagne anglaise, où les enfants étaient élevés dans l’idée que leur bien-être personnel était essentiel à la société. Mais pour quelle raison les avait-on réunis là ? Des années plus tard, Kathy tente de trouver un sens à leur passé commun. Avec Ruth et Tommy, elle prend conscience que leur enfance apparemment heureuse n’a cessé de les hanter, au point de frelater leurs vies d’adultes.

En 2011 sortait sur les écrans « Auprès de moi toujours », l’adaptation du roman anglais de Kazuo Ishiguro. Un film où Carey Mulligan, Keira Knightley et Andew Garfield prenaient les traits des trois héros du livre. Un film à la fois complexe et poétique, tendre et cruel… qui ne laisse pas indemne. Et qui renvoie aux spectateurs une image de malaise et de tristesse. Il faut dire que l’histoire est dérangeante, et la soumission des héros face à leur destin brise le coeur. Car, en bons petits soldats, ils ne remettent pas en question la mission qu’ils se doivent d’accomplir… même si elle prend de plus en plus forme, et leur laisse peu de temps pour mener une vie normale.

Difficile de parler de ce roman sans en dévoiler le noeud de l’intrigue. Mais comme la quatrième de couverture laisse planer un certain mystère, je préfère en faire tout autant. Car c’est ce cheminement qui rend aussi « Auprès de moi toujours » assez fascinant. De façon lente, subtile, comme hors du temps, Kathy, la narratrice, nous fait entrer dans sa vie, dans son enfance, dans son quotidien. On la sent dans un certain sens en retrait du monde, comme une observatrice extérieure. Elle raconte son histoire comme si une échéance lui donnait le besoin de faire un retour en arrière et de s’exprimer. Dès les premières lignes, on entend sa voix, douce et mélodieuse (d’ailleurs, comme j’avais vu le film à sa sortie, j’entendais la voix de Carey Mulligan, et je dois avouer qu’elle est particulièrement bien choisie) nous faire découvrir les secrets de Hailsham.

Tout au long du roman, on apprend à aimer Kathy et Tommy, leur sensibilité, leurs fêlures, leurs questionnements, leurs traumatismes. Le personnage de Ruth est plus à part, plus brut et déconcertant, moins honnête. Il est plus difficile d’avoir de l’empathie pour elle, même si bien sûr on ne peut être que touché par son destin. Ce qui est déstabilisant, c’est cette langueur, cette acceptation malgré une rage intérieure des personnages. Une rage contenue qui explose par à coups, mais sans rebellion. Il se dégage de ce roman une étrange mélodie, qui laisse le lecteur abasourdi et sans recours. Difficile de dire si on l’a vraiment aimé ou non, mais en tout cas il marque les esprits avec une force incroyable. Kazuo Ishiguro vient de recevoir le Prix Nobel de Littérature, une belle occasion pour (re)découvrir cet auteur.

« Auprès de moi toujours » de Kazuo Ishiguro est disponible aux éditions Folio.
441 pages. Janvier 2011.

Publicités

2 réflexions sur “Auprès de moi toujours

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s