Inavouable

CE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Zakopane, chaîne des Tatras, 26 décembre 1944.
Un résistant serre contre lui un étui métallique. À ses oreilles résonnent encore les dernières instructions de l’officier nazi qui lui a confié  » le plus grand secret de cette guerre « … Alors qu’il est pris dans une tempête de neige, sa formation d’alpiniste pourrait se révéler cruciale. Non loin de là, dans une auberge, un homme contemple par l’une des fenêtres la même bourrasque déchaînée. Après une ultime hésitation, il croque sa capsule de cyanure.

Une matinée d’automne, de nos jours, à Varsovie.
Chef du département de recouvrement de biens culturels rattaché au ministère des Affaires étrangères, le docteur Zofia Lorentz est convoquée par le Premier ministre : le Portrait de jeune homme du peintre Raphaël, tableau le plus précieux jamais perdu et recherché depuis la Seconde Guerre mondiale, vient d’être localisé. Accompagnée d’un marchand d’art cynique, d’un officier des services secrets à la retraite et d’une voleuse légendaire, Zofia s’envole pour New York, étape d’une quête contrariée qui pourrait inverser la lecture de l’Histoire et la politique internationale moderne…

Zygmunt Miloszewski a abandonné le personnage du procureur Teodore Szacki et la noirceur de l’âme polonaise, pour mon plus grand regret. Mais il n’empêche, une nouvelle publication de cet auteur, découvert grâce au prix ELLE, reste un événement de cette rentrée littéraire. D’autant plus que l’auteur a une plume bien travaillée et qu’il sait toujours jouer avec son lecteur avec une certaine malice. Grâce à « Inavouable », on a l’impression qu’il s’offre une petite « récréation » et qu’il marque une pause dans ses écrits juridico-policiers. Il nous propose en effet un récit d’espionnage et d’aventure à la poursuite de tableaux dérobés pendant la Seconde Guerre Mondiale, qui se lit comme un thriller américain, complot à l’appui. Un nouveau registre et de nouveaux personnages pour ce roman qui se déroule majoritairement en Pologne, mais s’éloigne également de ses frontières pour nous faire voyager aux Etats-Unis, en Suède ou encore en Croatie. Restent un humour désabusé, des petites touches de machisme et une maîtrise des rebondissements qui n’appartiennent qu’à Miloszewski.

Si « Inavouable » n’a pas la force de ses prédécesseurs, il reste un roman très plaisant à lire. Parce que l’auteur évoque une part peu connue de la Seconde Guerre Mondiale : le trafic d’art (et ce n’est pas le « Monument Men », quelque peu raté, de George Clooney, qui lui a rendu justice). C’est ici le prétexte pour Miloszewski d’ancrer son récit dans un contexte géopolitique complexe et de condamner les nations dans la course à l’armement et à la supériorité économique au détriment des hommes. Il s’offre une porte de sortie que l’on n’aurait jamais imaginée, ce qui prouve qu’il s’est amusé à tricoter son récit pour offrir plus qu’une simple chasse au trésor. Si certains personnages restent stéréotypés, et si certains aspects donnent une impression de déjà-vu, il n’empêche que l’on s’embarque facilement dans le récit, et que l’on prend plaisir à le suivre. Il n’a pourtant pas la tension des autres polars de l’auteur, ni leur profondeur. « Inavouable » dénote par rapport au reste de l’œuvre de Miloszewski, et j’avoue que ce n’est pas le chemin que j’espère le voir continuer à emprunter. Pour son prochain roman, je préfèrerais qu’il revienne à ses anciennes aspirations. Et pourquoi pas avec Teodore Szacki en prime ;)

« Inavouable » de Zygmunt Miloszewski est disponible aux éditions Fleuve Noir.
591 pages. Septembre 2017.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s