Les Producteurs

lesproducteursCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Sliv est membre du comité exécutif du CFR (Consortium de Falsification du Réel), organisation secrète qui s’efforce de maintenir une harmonie relative sur la planète en construisant les légendes dont l’humanité a besoin. Or le CFR est dans la tourmente, menacé par la divulgation de documents internes et décrédibilisé par plusieurs échecs. Avec l’aide de ses amis Youssef et Maga, et de la redoutable Lena, Sliv se lance dans une série de mystifications toujours plus audacieuses, qui l’entraînent de Hollywood à Hong Kong, de Sydney à Veracruz, et jettent un jour nouveau sur l’élection d’Obama, l’épidémie de grippe H1N1 et la découverte d’une cité maya.

Après « Les Falsificateurs » et « Les Eclaireurs », on retrouve Sliv dans le dernier opus de son aventure au sein de CFR. Où il fait partie du Comex et a donc toutes les clés de l’organisation en main. Ici, il fait de nouveau preuve de toute son intelligence et de son talent pour mystifier le monde entier auprès des éternels Maga et Youssef, mais aussi de la mystérieuse Lena. Dont la relation avec Sliv, va prendre un nouveau départ, car ils vont être amenés à travailler ensemble sur des projets d’ampleur extraordinaire. Une nouvelle fois, on se laisse embarquer par l’histoire de cette organisation et on suit avec plaisir ses différents personnages, eux que l’on a appris à aimer au fil des pages. Rien de nouveau pourtant dans cette troisième aventure. On passe beaucoup de temps dans les coulisses des différentes missions et Antoine Bello se plait toujours autant à tout expliquer, en étant parfois un peu bavard.

Mais il n’empêche que son roman se lit avec plaisir et que le petit twist final est surprenant et ne manquera pas de faire sourire. Un grand merci à ma binomette préférée, Galéa, pour m’avoir fait découvrir cette trilogie. J’ai beaucoup aimé l’imaginaire derrière les intrigues et la force du sujet, qui ne s’est jamais essoufflé, même au bout de 1 500 pages. Bien sûr, Antoine Bello n’est pas toujours très fin pour passer ses messages et il s’enlise parfois dans des explications trop longues, mais on ne peut que saluer son talent pour raconter des histoires et faire réfléchir sur notre monde en même temps qu’il nous divertit. Je ne pense pas que « Les Producteurs » soit le meilleur opus (« Les Falsificateurs » aura toujours ma préférence, car il a su créer la surprise et surtout fait preuve d’une intelligence incroyable) mais c’est en tout cas un bon moment de lecture. Difficile de dire au revoir à ce cher Sliv, qui aura grandi, mûri, qui nous aura agacé, épaté, mais qui ne nous aura jamais laissé indifférent.

« Les Producteurs » d’Antoine Bello est disponible aux éditions Folio.
576 pages. Août 2016.

Publicités

2 réflexions sur “Les Producteurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s