La Disparition de Stéphanie Mailer

CE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.
Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses.
Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer?
Qu’a-t-elle découvert?
Et surtout: que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea?

Dans ce nouveau roman policier, Joël Dicker s’amuse à brouiller les pistes et à manipuler son lecteur jusqu’à la toute fin. A ce petit jeu, il reste très fort, même si on pourra regretter quelques facilités et invraisemblances pour crédibiliser son récit. En effet, lorsque Rosenberg et Scott rouvrent l’enquête sur un quadruple meurtre, 20 ans après les faits, on se rend compte qu’il y a énormément de faits à côté desquels ils sont passés à l’époque. On ne compte en effet plus les révélations ponctuées de « On n’y avait pas pensé » ou encore « On ne le savait pas » et autres « Pourquoi vous ne nous l’avez pas dit à l’époque ». De quoi parfois agacer, tant cela peut donner l’impression que les « solides preuves à l’appui » annoncées sur la quatrième de couverture manquaient finalement assez de profondeur. Et quand on se retrouve en 2014, on voit que c’est grandement grâce à Anna, de la police d’Orphea, qu’ils réussissent à boucler l’enquête et à confondre le meurtrier. Il y a de quoi lever les yeux au ciel, mais en même temps, difficile de ne pas se prendre au jeu du récit, tant l’ensemble est bien tricoté.

Alors oui, Joël Dicker use et parfois abuse des fausses pistes et des flashbacks, des histoires d’êtres cabossés par la vie, qui ont des airs de déjà-vu, ou encore de personnages soit manichéens soit manipulateurs. On pourra regretter que la Stéphanie Mailer du titre ne serve finalement que de faire-valoir (et pourtant elle aurait été un personnage particulièrement intéressant à développer). Si Dicker a réussi à gommer les dialogues mièvres de son récit, son style manque toujours autant de panache et de profondeur. Mais à la rigueur, on se dit que ce n’est pas l’essentiel (car on se familiarise aussi avec son style et ce n’est pas pour cela qu’on le lit). En fait, c’est ce jeu d’échecs, où il fait des détours pour arriver à mat, qui est le plus important. Et à ce niveau-là, il est plein de ressources et son intrigue est un puzzle parfaitement bien imbriqué. Certes, les connexions entre les différents personnages sont parfois plus que de simples coïncidences. Mais une fois ces points-là posés, il n’y a plus qu’à se laisser guider, pour peu que cela ne nous empêche pas de profiter du plaisir de la lecture.

« La Disparition de Stéphanie Mailer » de Joël Dicker est disponible aux éditions de Fallois.
635 pages. Mars 2018.

Publicités

4 réflexions sur “La Disparition de Stéphanie Mailer

  1. J’adore ton billet car il exprime très bien tout ce que j’ai ressenti en lisant son premier roman (l’enquête …) – mais j’étais moins gentille que toi ! L’écriture, les personnages carton-pâte (caricaturaux), les vraisemblances, tout m’avait rapidement lassé … et surtout j’avais deviné rapidement qui étaient les coupables. Ici apparemment il arrive mieux à brouiller les pistes non, je ne relirai pas cet auteur qui me fait lever les yeux au ciel.

  2. Bonjour Marjorie

    Un peu perdue ta trace depuis quelques temps et plouf tout d’un coup tu refais surface.
    Enfin un avis qui ressemble un peu au mien car oui ce n’est pas un coup de cœur mais j’ai passé un bon moment et il sait bien nous balader

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s