Fugitives

fugitivesCE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Elles fuguent. S échappent. S en vont voir ailleurs. Elles : des femmes comme les autres. Par usure ou par hasard, un beau matin, elles quittent le domicile familial ou conjugal, sans se retourner. En huit nouvelles, Alice Munro met en scène ces vies bouleversées. Avec légèreté, avec férocité, elle traque les marques laissées par le temps et les occasions perdues.

Dans ce recueil de nouvelles, Alice Munro raconte le destin de 5 femmes, toutes rattrapées par leur destin, et qui sont en quête d’une nouvelle vie, d’un nouveau départ, ou qui regardent leur passé avec nostalgie. Si j’ai eu des difficultés à entrer dans les 4 premières nouvelles (la moitié du récit donc), les 4 suivantes m’ont bien plus intéressée. Je me suis sentie plus impliquée dans le sort des héroïnes, qui m’ont davantage marquée. Ce sont des femmes profondément humaines qui jalonnent ces histoires, sans extravagance, sans grandiloquence. Avec une vie simple et pourtant des tourments qui parlent à chacun. Il y a une vraie tendresse pour chacune de ces femmes, même si elles ne sont pas toutes attachantes au même niveau.

Le style d’Alice Munro est toute en finesse et en délicatesse. Mais comme me l’a justement dit Valérie il y a quelques temps, il faudrait pouvoir analyser ces nouvelles plus longuement et avec plus de détails pour en comprendre et en reconnaître toute la richesse. En effet, je pense que j’ai pu passer à côté de certaines histoires, de certaines métaphores ou figures de style qui apportent plus de profondeur aux histoires que ce que l’on pourrait penser au premier abord. Mais il est vrai qu’il n’est pas toujours aisé de rentrer dans l’univers d’une nouvelle et de prendre le temps de la découvrir réellement. Ce n’est pas comme un roman, où l’on peut se permettre de ne pas tout chercher à analyser à tout moment, et où l’on a davantage de temps pour se laisser guider ou manipuler par l’auteur. Ici le temps semble suspendu, mais pour autant, il passe à une vitesse hallucinante.

« Fugitives » d’Alice Munro est disponible aux éditions Points.
384 pages. Octobre 2013.

Publicités

2 réflexions sur “Fugitives

    • Je crois que si on veut bien comprendre ses nouvelles, il faut se laisser le temps de les analyser. Car elles ont une profondeur qui mérite de la patience (que je n’ai pas forcément eue).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s