Le Monde selon Billy Boy

lemondeselonbillyboyA 20 ans, Eliane tombe enceinte. Son compagnon, André, effrayé par son rôle de futur père, l’abandonne, sa mère la rejette. La jeune femme loue une chambre de bonne dans Paris et essaie de s’en sortir par elle-même. Mais au début des années 50, la vie n’est pas aisée. Et c’est avec beaucoup d’amour et de tendresse que Gilles Leroy raconte cette histoire. Car cette femme, Eliane, c’est tout simplement sa mère.

Il y a quelques années, j’avais été touchée par « Alabama Song » de Gilles Leroy, qui retraçait le destin de Zelda Fitzgerald avec beaucoup de pudeur et d’émotions. Ici l’auteur fait preuve des mêmes qualités pour raconter l’histoire de ses parents. On y suit plus particulièrement le destin de sa mère Eliane, jeune femme forte, qui se retrouve seule du jour au lendemain et se bat pour voir naître son enfant. On sent que Gilles Leroy lui rend véritablement hommage ici. Si le récit perd un peu de son attrait une fois le retour d’André (on a alors l’impression que l’ensemble devient un peu plus consensuel), on ne peut qu’être touché par l’amour que porte Leroy pour cette femme. Il se dégage de ce roman une belle nostalgie, on a l’impression de parcourir Paris au bras d’Eliane et d’André. On découvre également l’enfance et l’adolescence de l’auteur. Ce dernier se livre, mais néanmoins je n’ai pas la sensation qu’il en fasse trop, ou devienne impudique. Il le fait avec beaucoup d’humilité, et même une certaine réserve : ce n’est pas lui le cœur du roman. Même si c’est lui qui va chambouler les destins des uns et des autres.

Si ce roman est touchant, c’est parce que l’on sent une vraie sincérité et une vraie humanité derrière ce portrait d’une autre époque, où les personnages sont avant tout de vraies personnes. Bien évidemment, dans ce genre de récit, il est difficile de déterminer où s’arrête la réalité pour s’estomper derrière la fiction, et laisser l’auteur faire son travail d’imagination. Néanmoins, ce que l’on observe, c’est un vrai attachement à l’étude des caractères, une belle bienveillance derrière les hommes et les mots qui les caractérisent, où rien n’est tout blanc ou tout noir. On se laisse porter par ce roman, même s’il peut parfois agacer (on est dans un autre temps et les mentalités ont bien changé depuis… même si certaines choses ont la vie dure). En tout cas, c’est un beau témoignage d’un fils pour sa mère. Touchant, forcément.

« Le Monde selon Billy Boy » de Gilles Leroy est disponible aux éditions Folio.
288 pages. Octobre 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s