La vraie Vie

L’héroïne de cette histoire est une petite fille qui vit dans un pavillon de banlieue avec ses parents et son petit frère Gilles. Tout n’est pas rose à la maison : le père, chasseur de gros gibier, est un homme violent. Il possède même une pièce où il expose tous ses trophées. La mère, effacée, est vue par sa fille comme une amibe, qui subit sa vie. Alors pour fuir le quotidien, notre héroïne vagabonde avec son frère dans la casse aux alentours, où les deux enfants oublient les heures en jouant. C’est la musique du marchant de glace qui les ramène à la réalité et les fait empreinter à chaque fois le chemin de la maison. Mais un jour, un accident survient, et traumatise Gilles. Notre héroïne, pour le sortir de son état, va tout mettre en place pour effacer ce cauchemar. Objectif : changer le passé pour sauver son frère.

Pour un premier roman, Adeline Dieudonné frappe fort. C’est certainement un des romans de la Rentrée Littéraire, dont on entend le plus parler, et à juste titre. Auréolé du Prix FNAC 2018, « La vraie Vie » s’affiche partout, accroche, rebute, séduit. Mais il ne laisse pas indifférent. En effet, c’est son ambiance oppressante, qui sent la terre et le sang, la peur et la haine, qui laisse le lecteur au bord de la nausée à chaque page. Une écriture tranchante, où les métaphores autour du monde de la chasse rajoutent à la sensation de malaise et de violence. Une héroïne qui passe du rôle de proie, à celui de chasseuse vengeresse. Un petit frère qui passe de l’innocence à la cruauté la plus sordide. Un duo fraternel proche, qui s’éloigne, qui s’aime et se déteste à la fois. Mais une héroïne qui cherche à remuer ciel et terre pour un retour à une certaine normalité.

S’il faut un peu de temps pour rentrer dans le récit, et comprendre le dessein de l’auteur, une fois que l’on est dedans, difficile de lâcher ce roman. Il se lit avec une certaine urgence. Mais en même temps aussi avec une certaine patience, tant on veut laisser l’écriture, son rythme, son univers nous imprégner. Le sujet est grave : on y voit un pervers narcissique faire vivre un enfer à sa famille, on suit le parcours initiatique d’une petite fille devenue jeune fille, qui porte sur ses frêles épaules l’avenir de son petit frère et de sa mère. On vit des scènes cruelles, crues, pleines de rage et de sang. On regrettera juste que le personnage principal éclipse tous les autres, qui n’ont alors presque plus qu’un rôle de faire-valoir. Et pourtant, ils sont déterminants dans le récit, pris dans la fureur et dans l’animosité d’un quotidien dramatique. Il n’en reste pas moins que « La vraie Vie » est un roman coup de poing, empreint de tension, qui prend aux tripes. A découvrir !

« La vraie Vie » d’Adeline Dieudonné est disponible aux éditions L’Iconoclaste.
265 pages. Août 2018.

« La vraie Vie » fait partie de la Sélection d’Octobre du Grand Prix des Lectrices ELLE 2019.

Publicités

2 réflexions sur “La vraie Vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s