Présumée disparue

Angleterre, quelques jours avant Noël. Enquêtrice au sein de la brigade du Cambridgshire, Manon Bradshaw doit élucider une affaire de disparition inquiétante. Depuis quelques heures, Edith Hind, jeune étudiante de Cambridge, ne donne plus signe de vie. Son compagnon, Will Carter a retrouvé des traces de sang à leur domicile, et toutes les affaires d’Edith: son manteau, son sac, son téléphone portable, mais pas de trace de cette dernière. Dans un tel cas, Manon sait que chaque heure compte avant que la disparition d’Edith ne se transforme en enquête pour homicide.

Premier roman de Susie Steiner, « Présumée disparue » est un polar qui tient plutôt ses promesses pendant les deux tiers du roman mais qui souffre d’un dénouement complètement décevant avec un rebondissement auquel on a bien du mal à croire. Une conclusion plutôt frustrante à une enquête à tiroirs bien ficelée qui laisse la part belle à des personnages attachants et humains, Manon et son partenaire Davy en tête. On regrettera néanmoins certains clichés du genre : la jeune femme disparue est forcément mystérieuse et diablement séduisante, l’enquêtrice est une femme solitaire au caractère bien trempé et la famille de la victime est non seulement riche à souhait mais a des liens avec les hautes sphères politiques (qui sauront mettre une certaine pression aux enquêteurs). Comme si cela était obligatoire pour cocher toutes les cases du polar à succès.

Et pourtant, « Présumée disparue » ne manque pas d’attraits et on suit avec plaisir l’enquête dans laquelle patine Manon et ses collègues. On se laisse manipuler et on suit les différentes pistes en se demandant bien comment l’auteur va pouvoir conclure son histoire. Le milieu de la police est plutôt bien décrit, la psychologie des personnages fouillée et l’ensemble n’est pas dénué d’humour. Le style est quant à lui plutôt agréable, et l’auteur sait alterner les points de vue pour bien capter son lecteur, dynamiser le récit, et donner plus d’aspérités aux différents intervenants. Le contexte social et économique rajoute à la crédibilité de l’intrigue, décidemment ancrée dans son temps. Quel dommage que le dénouement ne tienne pas du tout ses promesses. Mais si ce roman signe la première incursion de Manon Bradshaw dans le monde littéraire, je serai bien curieuse de découvrir la suite de ses aventures, en espérant que Susie Steiner soit un peu plus inspirée.

« Présumée disparue » de Susie Steiner est disponible aux éditions Les Arènes.
532 pages. Octobre 2018.

« Présumée disparue » fait partie de la sélection de novembre pour le Grand Prix des Lectrices ELLE 2019.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s