Une Maison parmi les Arbres

une maison parmi les arbresLe célèbre auteur pour jeunesse Mort Lear vient de trouver la mort dans sa maison du Connecticut. Il laisse à Tomasina Daulair, sa fidèle assistante, le soin de gérer sa succession. Cette dernière, surprise par les dernières volontés de son employeur, doit également trouver le temps de rencontrer Nicholas Greene, qui souhaite venir pour s’imprégner de l’esprit de Lear, avant de pouvoir lui donner vie dans un biopic. L’occasion pour tous les deux de se plonger dans le passé de l’auteur, mais aussi dans le leur.

Dans ce beau roman tout en délicatesse, Julia Glass s’immisce, le temps de quelques semaines dans la vie de plusieurs personnes, toutes reliées à un même homme : l’auteur de littérature jeunesse Mort Lear, qui vient de trouver la mort dans un accident domestique, dans sa maison du Connecticut. On retrouve ainsi son assistante et complice de toujours Tomasina Daulair, qui se découvre exécutrice testamentaire ; Nicholas Greene, un acteur anglais amené à incarner Lear dans un film ; ou encore Meredith Galarza, conservatrice de musée, qui souhaite intégrer l’œuvre et les dessins de l’auteur dans son nouveau projet. Tous évoquent le célèbre homme, et leurs souvenirs avec lui, le temps de plusieurs flashbacks. L’occasion pour nous d’en savoir plus, même si le prisme n’est jamais direct. En effet Lear vit à travers le regard des autres, les bribes d’informations qu’ils connaissent de lui. Et bien sûr, il y a les secrets, les ellipses, les questions, les doutes. Qui ne sont pas levés à la fin du récit, mais qu’importe après tout.

Le roman prend le temps de s’installer, et a la patience de ne pas vouloir tout dévoiler trop vite. Certains pourraient trouver que le temps s’allonge, que l’ensemble est trop dense ou trop bavard. Je lui ai, pour ma part, trouvé un charme fou. Car il se déroule non seulement dans des milieux passionnants (la littérature et le cinéma) tout en rendant plus humains et plus faillibles ses héros, mais il dépeint également avec beaucoup de subtilité l’âme et ses tourments, les relations d’une vie, les espoirs, les succès et les doutes. Il traite aussi de sujets forts tels que les traumatismes de l’enfance, le deuil et la solitude. Chaque personnage est amené à se poser sur ces thèmes, ce qui nous les rend d’autant plus attachants. Ils sont croqués avec beaucoup de tendresse et d’empathie, car même leurs défauts les humanisent davantage. « Une maison parmi les arbres » est un roman profond et subtil qui demande du temps, ne serait-ce que pour savourer la superbe langue de Julia Glass (et donc de sa traductrice). C’est une très belle découverte, vibrante de sincérité, un bel hommage à la littérature et à ceux qui lui donnent vie.

« Une maison parmi les Arbres » de Julia Glass est disponible aux éditions Gallmeister.
457 pages. Août 2018.

« Une Maison parmi les Arbres » fait partie de la Sélection du mois de janvier du Grand Prix des Lectrices ELLE 2019.

Prix ELLE 2019

Publicités

2 réflexions sur “Une Maison parmi les Arbres

    • Ah oui, j’avoue que j’aime me laisser porter par un style et une ambiance, et s’il ne se passe pas forcément « grand » chose, ce n’est pas grave. Là j’ai été happée par la plume de l’auteur et l’histoire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s