Les Ames englouties

Biologiste, Natalie retourne sur ses terres natales pour étudier les tourbières. Solitaire, la jeune femme ne tarde pas à se lier d’amitié avec Johannes, un étudiant. Mais un jour Johannes est attaqué aux bords de la tourbière et ne doit son salut qu’à Natalie. Une enquête est lancée, et Natalie devra faire non seulement face aux dangers du présents mais revivre aussi les traumatismes du passé, qu’elle essayait pourtant d’enfouir depuis des années.

Pour son premier roman, l’auteur suédois Suzanne Jansson entraîne son lecteur dans un coin reculé de son pays, où des découvertes mystérieuses et une tentative de meurtre se cristallisent autour d’une tourbière. Récemment un jeune homme Johannes, y a été attaqué, et ne doit son salut qu’à Natalie une biologiste revenue dans la région pour y mener des tests. Cette agression inquiète et passionne. Car les rumeurs vont bon train : des sacrifices humains ont-ils et sont-ils toujours menés sur ce lieu ? Si tous les habitants ne partagent pas cet avis sur ces pratiques occultes, il n’empêche qu’une atmosphère oppressante se met en place et que la peur paralyse la région.

Suzanne Jansson construit son intrigue de façon à créer crescendo de la tension, à cultiver le mystère sur des événements passés aux résonances présentes, et bien sûr à ne donner les clés de lecture qu’au fur et à mesure. Si bien que l’on est pris par surprise par le dénouement final, tout en admettant que le traité est malin et plutôt bien amené. On suit avec intérêt cette enquête qui puise ses sources dans les mythes d’une région et met en lumière des zones oubliées, à l’image de ses habitants, coincés sur des terres qu’ils auraient aimé fuir s’ils en avaient eu les moyens.

Le personnage principal ici n’est pas tant Natalie, au caractère quelque peu fade et effacé, que Maya, cette photographe qui exerce ses talents non seulement pour la police mais aussi en tant qu’artiste. Son collègue Leif, inspecteur, est lui plutôt transparent. On regrettera ainsi des personnages plus esquissés qu’autre chose, et une tentative un peu maladroite pour tenter de fouiller la psychologie de Maya qui n’apporte strictement rien au récit. On retiendra alors de ce récit l’intrigue originale et son traité bien construit. Ce qui présage déjà de beaux atouts pour les futurs polars de Suzanne Jansson.

« Les Ames englouties » de Suzanne Jansson est disponible aux éditions Presses de la Cité.
320 pages. Février 2019.

« Les Ames englouties » fait partie de la Sélection du mois de février du Grand Prix des Lectrices ELLE 2019, dans la catégorie Policier.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s