Ce que le Jour doit à la Nuit

CE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Algérie, années 1930. Les champs de blés frissonnent. Dans trois jours, les moissons, le salut. Mais une triste nuit vient consumer l’espoir. Le feu. Les cendres. Pour la première fois, le jeune Younes voit pleurer son père.
Confié à un oncle pharmacien, dans un village de l’Oranais, le jeune garçon s’intègre à la communauté pied-noire. Noue des amitiés indissolubles. Et le bonheur s’appelle Émilie, une  » princesse  » que les jeunes gens se disputent. Alors que l’Algérie coloniale vit ses derniers feux, dans un déchaînement de violences, de déchirures et de trahisons, les ententes se disloquent. Femme ou pays, l’homme ne peut jamais oublier un amour d’enfance…

Qu’il est beau et touchant ce roman de Yasmina Khadra ! A la fois roman initiatique et récit d’un pays, c’est une histoire de l’Algérie qui mêle celle d’un peuple à celle d’un homme. C’est un roman sensible, poétique, empreint de nostalgie et d’espoir. De drames aussi. Et ils sont nombreux. Pour autant, Khadra réussit à éviter toute lourdeur et propos larmoyants. Comme il évite tout manichéisme et toute accusation. Il traite de sujets graves avec une intelligence et une humanité profondes. Il traite de la guerre, de la violence, de la pauvreté, de la trahison, mais aussi de l’amour, de l’amitié, du partage et de la bonté. Il réunit les hommes et les cœurs dans un récit foisonnant, mais ô combien maitrisé. C’est un vrai beau roman, d’une force incroyable. Et d’une honnêteté sans faille.

A travers Younes, Yasmina Khadra navigue entre plusieurs époques. Il évoque les souvenirs d’un homme, qui à la fin de sa vie, revient sur son passé, son premier amour, l’heure de ses choix les plus difficiles. Il ne met pas en avant un personnage de héros inconscient ou de tête brûlée, mais celui d’un homme davantage en retrait des événements. Un homme intègre, avec des convictions, qui se retrouve happé par l’histoire. Un homme pris entre deux cultures, qui trouve sa propre voie. Un homme que l’on voit grandir, que l’on voit souffrir, que l’on voit aimer. Un homme que l’on ne comprend pas toujours, notamment dans sa relation avec Emilie, mais que l’on respecte. Un homme auquel on s’attache, et pour lequel on espère une fin heureuse. Un homme que l’on suit avec beaucoup de tendresse, comme on suit avec le même sentiment ceux qui l’entourent. Car à travers tous ces personnages, c’est une vraie leçon de vie. Une très belle réussite, profonde et subtile.

« Ce que le Jour doit à la Nuit » de Yasmina Khadra est disponible aux éditions Pocket.
448 pages. Septembre 2009.

Publicités

4 réflexions sur “Ce que le Jour doit à la Nuit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s