Einstein, le Sexe et moi

2012, Plaine Saint Denis. Olivier Liron participe à l’émission « Questions face à un super champion ». Trois manches face à trois candidats avant de pouvoir affronter le champion en titre, Michel, qui ne doute pas de sa capacité à l’emporter. Face à Julien Lepers, Olivier est concentré. Les différentes questions du présentateur le ramènent à son histoire, aux différents épisodes de sa vie, tantôt joyeux tantôt douloureux, qui l’ont marqué. Car Olivier est autiste Asperger. Sa différence, si elle est sa force, est aussi parfois un handicap dans une société obnubilée par la norme.

Dans ce roman, Olivier Liron raconte sa vie, à travers son parcours au jeu télévisé « Questions pour un super champion ». Pendant cette journée sur le plateau et la succession des questions de Julien Lepers, l’auteur revit des moments clés de sa vie : sa différence (il est autisme Asperger) qui lui a valu d’être battu sans cesse pendant sa scolarité ; l’histoire de sa famille, originaire d’Espagne ; ses premières histoires d’amour ; son parcours académique ; ses petites manies et ses peurs… Des anecdotes, parfois tristes, parfois cocasses, qu’il livre avec la transparence la plus absolue (et la plus crue aussi) et qui permettent au lecteur de mieux comprendre cet homme et sa perception de la vie et du monde. Si le style n’est pas forcément très abouti, le propos, sensible et profond, est là pour faire réfléchir. Dommage qu’il reste noyé dans l’épisode « Questions pour un super champion » qui cannibalise tout le reste.

En effet, on revit l’émission quasiment minute par minute, comme si l’auteur avait repris la vidéo en notant chaque geste, chaque parole de chacun pour les partager avec son lecteur. Pour ceux, comme moi, qui ne supportent pas Julien Lepers, c’est souvent un calvaire, tant l’auteur ne nous épargne rien : ni les tics du présentateur, ni sa façon de parler, hachée, galvanisée. Le « trop » que l’on perçoit devant son petit écran est ici retranscrit à l’écrit et cela a de quoi crisper. Et que dire de l’attitude des autres candidats, que l’on a souvent envie de gifler et dont l’auteur ne met en avant que les points négatifs. Le récit d’Olivier Liron est construit un peu à la façon de « Les fabuleuses histoires d’un indien malchanceux qui devint milliardaire » de Vikas Swarup, mais là où l’auteur indien prenait le prétexte de l’émission pour raconter des épisodes nourris et approfondis, ici Olivier Liron reste figé sur le plateau, alors que ce n’est pas forcément l’essentiel. Dommage, car ce roman, qui aurait pu porter un message plus fort de tolérance, de respect et de droit à la différence, manque un peu sa cible.

« Einstein, le Sexe et moi » d’Olivier Liron est disponible aux éditions Alma.
192 pages. Septembre 2018.

« Einstein, le Sexe et moi » faisait partie de ma pré-sélection du mois de Février du Grand Prix des Lectrices ELLE 2019. C’est le roman « Maitres et Esclaes » de Paul Greveillac, qui avait récolté la meilleure note pour être le roman finaliste du mois.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s