Quand j’étais Soldate

CE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Voici le journal de bord d’un service militaire pas comme les autres : celui d’une jeune fille. Nous sommes en Israël, en 1988, au début de la première Intifada, ou révolte palestinienne. Valérie découvre un monde inconnu fait de nouveaux codes, de rudesse, de secrets et de camaraderie. Une épreuve initiatique où elle perdra quelques illusions et gagnera quelques rêves, sans jamais quitter son kit de survie : des livres, de la musique, un carnet pour écrire. Les soldats en Israël, « personne ne les regarde, en particulier parce qu’il y en a trop, parce que c’est normal et que tout le monde est habitué, tout le monde a été, est ou sera un jour à l’armée ». Et pourtant, ce livre sort de l’ordinaire.

A 13 ans, Valérie Zenatti, née à Nice, part vivre avec ses parents en Israël. Elle y apprend l’hébreu, rencontre ses deux meilleures amies Youlia et Rahel. Tombe amoureuse de Jean-David. Connait son premier chagrin d’amour. Quelques mois après les épreuves du baccalauréat, elle rejoint l’armée pour les deux ans réglementaires que doivent effectuer toutes les jeunes filles. Dans « Quand j’étais Soldate », Valérie Zenatti raconte son expérience. Elle y inclut même des passages de son carnet de l’époque, qui ne la quitte jamais, et où elle se confie quotidiennement depuis ses 12 ans. Elle nous fait entrer dans les coulisses d’une expérience de jeune soldate, y dévoilant son quotidien, ses relations aux autres, ses questionnements sur le conflit israélo-palestinien.

Valérie Zenatti raconte avec humilité son parcours de soldate, avec ses moments de doute, ses peurs, ses moments de complicité avec ses pairs, ses permissions où elle sent que le regard des autres sur elle a changé. Il est difficile de savoir ce qui relève de la réalité et de la fiction ici, tant ce témoignage est réaliste. On a l’impression que Zenatti écrit avec le regard de celle qu’elle fut à 18 ans, ses autres écrits ayant une écriture plus poétique, et une profondeur plus travaillée.  L’ensemble se lit facilement (il appartient à la littérature jeunesse) et avec beaucoup d’intérêt, pour nous qui ne connaissons plus le service militaire en France, et parce que l’Israël est le seul pays qui le rend obligatoire aussi bien pour les jeunes garçons que les jeunes filles. C’est un récit touchant, qui reste quelque peu en surface, mais qui éclaire sur le fonctionnement de l’armée.

« Quand j’étais Soldate » de Valérie Zenatti est disponible aux éditions Ecole des Loisirs.
328 pages. Edition d’octobre 2015 (publié en 2002).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s