Expo 58

Expo 58CE QU’EN DIT L’ÉDITEUR
Londres, 1958. Thomas Foley travaille au ministère de l’Information lorsqu’on lui propose de participer à l’Exposition universelle de Bruxelles. Mais superviser la construction du Pavillon britannique est plus dangereux qu’on ne pourrait le croire… Il est vite rejoint par de savoureux personnages : Chersky, un journaliste russe qui pose des questions à la manière du KGB, Tony, le scientifique anglais responsable d’une machine, la ZETA, qui pourrait faire avancer la technologie du nucléaire, Anneke, enfin, l’hôtesse qui va devenir sa garde rapprochée. 

Quel bonheur de lecture ce « Expo 58 » ! Le roman de Jonathan Coe est tout simplement jubilatoire. L’auteur y parodie le monde de l’espionnage avec un sens de l’humour totalement britannique. Ses personnages sont bien troussés et l’intrigue qui se dénoue à la fin du récit montre à quel point Coe maitrise son récit. On pourra juste regretter les dernières pages qui ont lieu de nos jours et qui laissent une impression de déjà vu, dont le roman n’avait pas besoin pour exister pleinement.

A part cela, on prend un grand plaisir à suivre les aventures de Thomas Foley, entrainé malgré lui dans l’Exposition Universelle de 1958 à Bruxelles, et dont le point central se trouve être le Britannia, un pub aux accents British… Un haut lieu où les différents personnages se rencontrent, et où il se cache bien plus de choses qu’il n’y parait. Alors que Foley vit dans un tourbillon en Belgique, sa femme Sylvia se retrouve seule du côté de Londres, dans une vie bien terne en comparaison. On pourra sourire aux lettres pleines de sous-entendus, mais pleines de flegme, que les époux s’envoient.

Ce n’est peut-être pas un roman majeur dans l’oeuvre de Jonathan Coe, mais il n’empêche que ce cru est un excellent divertissement. L’humour et l’ironie y font bon ménage, et on sourit aux péripéties des différents personnages. Un roman plein de verve pour commencer de la meilleure des manières ce Mois Anglais 2016.

« Expo 58 » de Jonathan Coe est disponible aux éditions Folio.
368 pages. Juin 2015.

« Expo 58 » fait partie de ma sélection pour le Mois Anglais, organisé par Chryssilda et Lou.

le mois anglais 3

Publicités

14 réflexions sur “Expo 58

  1. à chaque fois qu’on me cite ce livre, c’est un bonheur .. et moi je passe à côté ! mais tu me donnes une idée (j’ai déjà un programme pour le Mois Anglais) : lire Coe l’an prochain, pour le challenge (que j’aurais nettement mieux organisé) !

  2. Ça fait longtemps que je n’ai pas lu de roman « jubilatoire », tiens ! Je le note du coup, d’autant que j’avais beaucoup apprécié mon seul roman lu à ce jour de Coe !

  3. Je suis ravie de ton billet car je n’avais pas très envie de lire ce Coe, n’étant pas fan des romans d’espionnage (même si Sweet Tooth de Ian Mc Ewan m’a beaucoup plu). Finalement je pense qu’il pourrait me faire passer un très bon moment, et comme j’ai bien l’intention de lire tout Coe, il remonte dans ma wishlist ! Je suis en train de lire son dernier en VO.

    • Ah c’est une bonne nouvelle ! J’avoue que c’est un roman d’espionnage mais ce côté-là me semble plus un alibi qu’autre chose. C’est le style et l’humour qui sont géniaux ici :)

  4. Lu l’an dernier et beaucoup aimé. Moi aussi, je le vois plutôt comme une parodie de roman d’espionnage, l’humour est savoureux, on ne s’ennuie pas une minute !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s